Back Pack Health Worker Team fournit des soins de santé essentiels en Birmanie

Sep 03, 2012
Le Tren Difficile a des soins de sante
Un service de santé adapté au contexte local : les membres du Back Pack Health Workers Team doivent souvent marcher des heures afin de fournir des soins de santé de base à des communautés isolées.Crédit: BPHWT

Sur d'étroits sentiers traversés par des rivières en crue, Hser Mu Na Htoo et son équipe de cinq travailleuses et travailleurs de la santé marchent pendant dix heures en terrain accidenté. Peu avant leur arrivée, l'équipe maintient un contact étroit par émetteur-récepteur avec le leader du village pour s'assurer que l'armée birmane n'a pas occupé le village depuis leur dernière visite. Arrivés au crépuscule, tous dorment chez des oncles et des tantes, des amis et des cousins.

L'équipe se lève de bon matin pour commencer à traiter vingt-six patients souffrant de divers problèmes de santé – diarrhée, paludisme et graves infections respiratoires – et les conseiller afin qu'ils comprennent bien leur état de santé et leur traitement. Dans l'après-midi, avec l'aide de bénévoles du village, l'équipe donne un cours de nutrition et d'hygiène à l'école et distribue de la vitamine A et des vermifuges. Dans la soirée, les sages-femmes traditionnelles et les bénévoles de la santé passent en revue les activités sanitaires depuis la dernière visite de l’équipe. Hser Mu Na Htoo va ensuite se coucher, car elle devra se lever aux aurores pour amorcer une autre journée de traitements, de soins et d'éducation.

C'était une journée normale de travail, selon Hser Mu Na Htoo. Avec des travailleuses et travailleurs de la santé, des bénévoles et des sages-femmes traditionnelles, ils forment l'une des quatre-vingt-cinq équipes médicales mobiles de l’organisation Back Pack Health Worker Teams (BPHWT).
Les services publics de santé sont pratiquement inexistants en milieu rural en Birmanie et les organismes d'aide internationale ont peu ou pas du tout accès à la plupart de ces régions, particulièrement en zones de conflit. Les maladies que l'on peut prévenir et traiter sont encore la principale cause de décès. BPHWT est l'un des nombreux homologues communautaires en soins de santé du programme d'Inter Pares avec la Birmanie; ensemble, ils prodiguent des soins de santé à plus d'un demi-million de personnes.

En octobre 2010, BPHWT et plusieurs autres homologues ont lancé un rapport conjoint sur les conditions de vie dans les zones touchées par le conflit. Fondé sur le témoignage de près de 28 000 personnes, Diagnosis: Critical dresse le portrait troublant d'un pays où les indicateurs de santé sont parmi les pires au monde. Au moment de l'étude, une femme sur quatorze souffrait de la forme la plus dangereuse de paludisme et 60 % des décès d'enfants de moins de cinq ans étaient imputables à des maladies que l'on peut prévenir et traiter.
Diagnosis: Critical démontre le lien évident qui existe entre l'état de santé et l'absence de système public de santé, le conflit prolongé et les exactions généralisées contre la population civile. Dans un pays où la collecte de données et la recherche sont formellement interdites, la masse de données recueillie par cette étude représente un élément essentiel pour toute planification future des soins de santé.

De concert avec les personnes qu'ils ont formées, nos homologues continuent d'offrir les soins de santé les plus efficaces et fiables dont disposent bien des villageois. À l'avenir, ces groupes seront les conseillers et les collaborateurs les plus appropriés pour faciliter la mise sur pied d’un éventuel système national de soins de santé en Birmanie.

En savoir plus :

Bulletin - Bâtir les fondations de la paix en Birmanie - Volume 34, Numéro 3. Septembre 2012. 
 

Site Internet de la BPHWT (en anglais)

Consulter le rapport Diagnosis: Critical (en anglais)

Notre impact

Inter Pares appuie les équipes médicales mobiles de BPHWT depuis 1998. Tout en continuant de fournir des soins de santé de base, l’équipe œuvre pour un système de santé national.