Soins de santé, volonté politique et leadership fédéral

Nov 02, 2015
Kevin Page avec les membres du personnel et du conseil d'administration de la CCS
De gauche à droite : Rita Morbia, directrice générale d’Inter Pares et membre du conseil d’administration de la CCS, en compagnie de Kevin Page, Melissa Newitt (directrice générale de la CCS par intérim), Adrienne Silnicki (directrice générale de la CCS, en congé maternité) eCrédit: Amélie Baillargeon / CCS

Lorsque Kevin Page prend la parole, le Canada écoute.

Le 31 mars 2015, ce professeur de l’Université d’Ottawa et ancien directeur parlementaire du budget a donné, à l’invitation de la Coalition canadienne de la santé (CCS), une conférence dans une salle bondée de députés, de sénatrices et sénateurs, ainsi que de militantes et militants. La CCS, qui est un homologue d’Inter Pares, soulignait l’anniversaire de l’expiration de l’Accord sur le renouvellement des soins de santé qui régissait le budget alloué aux services de santé par le gouvernement fédéral, en consultation avec les provinces.

Son message était simple, mais percutant : subventionner les soins de santé universels au Canada est un choix économique viable qui nécessite une volonté politique réelle et un leadership fédéral. Cette déclaration catégorique contredit le mythe selon lequel notre pays n’a pas les moyens de veiller à la santé de sa population. Cela vaut aussi pour d’autres pays. Aux Philippines, notre homologue Likhaan œuvre inlassablement depuis de nombreuses années pour mettre en place des structures de soins de santé de première ligne, de qualité et à coût réduit, pour les femmes des zones défavorisées de Manille. Ces cliniques sont la preuve que l’on peut réduire de manière significative le taux de mortalité maternelle. Cependant, en l’absence d’un cadre national global pour les soins de santé universels, ces efforts peuvent sembler insuffisants face à un système qui n’aborde pas les causes des inégalités socio-économiques.

Pourtant, les résultats obtenus lorsque gouvernement et militantes joignent leurs forces pour réaliser des objectifs progressistes, en dépit de la rareté des ressources, sont inspirants. Une nouvelle loi sur la santé reproductive, assortie d’une enveloppe budgétaire consolidée, changera la vie de millions de personnes aux Philippines. La loi propose aux femmes un plan national en matière de santé reproductive, notamment la gratuité des mesures de planification familiale et des soins obstétriques d’urgence. Il aura fallu à Likhaan et à ses partenaires des années de plaidoyer, puis de tenir bon alors que la loi fut portée en appel devant la Cour suprême. Pendant ce temps, le gouvernement a triplé le budget de la santé en relevant les « taxes sur le vice », soit l’alcool et le tabac. Une part importante des fonds dégagés est consacrée au régime national d’assurance maladie qui répond aux besoins des personnes défavorisées.

Assurément, le Canada, avec des ressources par habitant bien plus importantes, peut relever le défi du budget de la santé. Kevin Page a raison. Nous avons les moyens de notre régime de santé, mais il faudra de la volonté politique et un leadership de la part du fédéral. Inter Pares est engagée à promouvoir des soins de santé universels en tant qu’élément fondamental pour des sociétés plus justes, et à continuer d’appuyer le travail de la CCS et de Likhaan en ce sens.

Les résultats obtenus lorsque gouvernement et militantes joignent leurs forces pour réaliser des objectifs progressistes, en dépit de la rareté des ressources, sont inspirants.