Reprendre en main notre alimentation

Auteur
Inter Pares
Page couverture du bulletin de Novembre 2008
 

Dans cette édition :

Reprendre en main notre alimentation

La crise alimentaire est due à un ensemble de facteurs : augmentation du prix du pétrole, spéculation boursière, popularité croissante des régimes alimentaires carnés, conversion massive des cultures vivrières au profit de la production d’éthanol et de biodiesel, fortes sécheresses et graves inondations. Il n’en fallait pas moins pour que les réserves alimentaires fondent comme neige au soleil. Mais ce n’est pas tout! Car la crise couvait depuis des décennies.

De l’insécurité à la souveraineté alimentaire

Dans le Deccan, les femmes sont les gardiennes des semences qu’elles récoltent dans les champs et qu’elles conservent, prêtent, empruntent et échangent. Conscientes qu’elles seront tôt ou tard touchées par les changements climatiques, elles envisagent l’avenir avec confiance parce qu’elles se sentent prêtes à l’affronter. Les semences qui ont été développées au fil des générations sont adaptées à une grande variété de conditions climatiques. Et, s’empresse d’ajouter Laxmamma, « nous serons heureuses de les partager ».

Nourrir le monde ou les voitures?

En mai 2998, Inter Pares ainsi qu’une coalition d’organisations agricoles, de justice sociale et de solidarité internationale a fait une tournée dans six villes canadiennes pour sensibiliser la population à la problématique des agrocarburants. En dépit des avantages tant vantés visant à en faire une « solution verte », on s’interroge de plus en plus sur le recours aux denrées alimentaires pour faire rouler des véhicules et des machines plutôt que nourrir des personnes. Sur le thème « Nourrir le monde ou les voitures? », un débat public a été lancé auprès de groupes locaux et avec la participation de personnes venant des milieux agricoles, de la recherche et de la société civile d’Afrique, d’Asie et des deux Amériques.

Militer contre la faim d’une génération à l’autre

À la fin des années soixante-dix, Inter Pares, en collaboration avec 125 organisations, a tenu des audiences populaires avec la population canadienne pour entendre ce qu’elle avait à dire sur notre système alimentaire. Plus de 5 000 personnes ont pris parole et partagé leurs difficultés à produire et consommer des aliments de qualité à prix abordable tout en exprimant leur vision pour le changement. Réfléchissant aux dernières trois décennies et se projetant vers l’avenir, deux collaboratrices d’Inter Pares, Cathleen Kneen, présidente de Sécurité alimentaire Canada, et Moe Garahan, coordonnatrice d’Alimentation juste, racontent leurs expériences et tirent les leçons de longues années de lutte et d’engagement.