Des organisations de la société civile dénoncent la violence au Soudan

Jun 13, 2019
A woman holding a Sudanese flag speaks into a megaphone. She is surrounded by protesters.
 Crédit: Sanaa Makawi

Aujourd’hui, plus de dix organisations de la société civile, dont Inter Pares, ont émis une déclaration commune pour dénoncer la répression brutale – qui s’est aggravée récemment – contre des protestataires pacifiques et non violents. Elles exhortent le conseil militaire de transition à désarmer et démanteler les forces de soutien rapide et autres milices, et à rétablir immédiatement la règle de droit. La déclaration affirme également son appui au peuple soudanais dans sa quête pour la justice, la démocratie et le retour à un régime civil.

Télécharger ici la déclaration ou la lire ci-dessous :

Déclaration de la société civile canadienne sur le Soudan
Ottawa, le 11 juin 2019

Le 2 juin 2019, les forces paramilitaires soudanaises connues sous le nom de Forces de soutien rapide (RSF - anciennement les Janjaweed) et d'autres, ont commencé à encercler et à tirer sur des manifestants pacifiques non violents à Khartoum et Ombdurman. D'autres villes ont également été touchées. Des dizaines de personnes ont été tuées et des centaines d'autres blessées et disparues. Selon les informations les plus récentes, RSF aurait attaqué des hôpitaux où les blessés sont soignés, y compris du personnel médical. Dans la ville, des témoins racontent que des femmes ont été agressées sexuellement par des forces paramilitaires. L’accès à l’Internet a été bloqué, rendant les communications difficiles. La région de Khartoum / Omdurman reste sous occupation, RSF se déplaçant dans toute la ville suscitant la peur. La Freedom and Change Alliance, principal organisme de négociation et de protestation civile, a réagi en interrompant les négociations avec le Conseil militaire de transition (CMT) et a appelé à une grève politique nationale et à la désobéissance civile. Il a également appelé à une dénonciation de la part de la communauté internationale.

En tant qu'organisations canadiennes de la société civile en réponse à cette situation, nous:

  1. Reconnaissons et dénonçons la brutalité et la violence infligées à tous les manifestants pacifiques non violents et non armés.
  2. Reconnaissons et dénonçons dans les termes les plus forts la perpétration de toute violence sexuelle.
  3. Exhortons le CMT à désarmer et à dissoudre la RSF et les autres milices.
  4. Exhortons le CMT à rétablir immédiatement l'état de droit, à garantir le droit des personnes blessées à des soins de santé et à permettre aux femmes victimes d'agression sexuelle de recevoir des soins et un soutien sans stigmatisation.
  5. Demandons à la communauté internationale, y compris le gouvernement canadien, d'envisager avec soin d'imposer des sanctions spécifiques et ciblées aux responsables.
  6. Soutenons le peuple soudanais dans sa quête de justice, de démocratie et d'un retour à un régime civil pour lequel il lutte depuis des décennies.

 

Signataires
Barbra Schlifer Commemorative Clinic
CARE Canada
Inter Pares
Kairos
Nobel Women’s Initiative
Oxfam Canada
The MATCH International Women’s Fund
The United Church of Canada
Unifor Social Justice Fund
United Steelworkers
USC Canada
Veterinarians without Borders

En savoir plus