Confronter les injustices, ensemble

Nouvelles : Analyses

Imprimer cette page

1.	Sari Tudiver smiles brightly at the camera. She is wearing an orange patterned shirt and has short, close-cropped grey hair. Behind her is a grey background.
 Crédit:

Découvrez notre nouveau rapport annuel en ligne!

Sari Tudiver, Présidente, conseil d’administration d’Inter Pares (2014-2020)

En 2019, Inter Pares a poursuivi son travail dans un contexte profondément troublant sur le plan local, régional et mondial. Alors que le monde affrontait les incendies, la fonte des glaces et les inondations, que les sauterelles dévoraient les récoltes et que des millions de personnes fuyaient la violence et la pauvreté, des dirigeants politiques ont continué sans vergogne de consolider leur richesse et leur pouvoir, de saper les principes démocratiques et les droits de la personne, et de catalyser un fort courant de populisme. Leurs stratégies : dénigrer la science et promouvoir un discours public misogyne et haineux, avec les conséquences désastreuses qui en découlent.

Mais 2019 a aussi été une année d’espoir. Des gens ont créé des espaces de mobilisation, souvent au prix de risques énormes, pour défendre la démocratie et les droits de la personne. Partout dans le monde, on a vu des manifestations contre les gouvernements. En avril, le président Omar Hassan al-Bashir a été renversé au Soudan et des organisations de la société civile, dont des homologues d’Inter Pares, travaillent maintenant à bâtir la démocratie et à refaçonner le pays. Autour du globe, la voix des femmes a pris son envol avec le mouvement #MoiAussi. Et nous avons été nombreux à marcher avec les jeunes activistes de l’environnement pour réclamer de toute urgence une action politique en vue de guérir la planète.

Notre rapport annuel documente des réalisations tangibles et des approches durables forgées par nos homologues et nos alliés, au Canada et ailleurs, avec l’appui d’Inter Pares et de sa base partisane. Vous y lirez l’histoire de femmes autochtones qui réclament justice pour avoir été stérilisées contre leur gré; d’agricultrices qui s’efforcent d’atténuer les changements climatiques; de filles et de garçons du Bangladesh qui luttent contre le mariage d’enfants et le harcèlement. On y célèbre aussi le militantisme au Canada en vue d’améliorer la santé et les droits sexuels et reproductifs. Et plus encore.

À titre de présidente et membre du conseil d’administration, j’ai eu la chance de rencontrer plusieurs homologues de longue date d’Inter Pares et de mieux saisir la complexité de leurs luttes contre les injustices. J’ai appris que les luttes n’avancent pas en ligne droite vers l’égalité et la démocratie. Les gains sont fragiles et il faut les renouveler pour réagir au contexte historique actuel. Quand je vois combien les collectivités se sont mobilisées pour le changement en 2019, je reste profondément convaincue qu’Inter Pares et ses homologues ont la force et la ténacité requises pour continuer à mondialiser l’égalité.

En savoir plus

Faire un commentaire

backdrop