Contester le pouvoir des entreprises, s’y opposer et le défier

Nouvelles : Analyses

Imprimer cette page

 Crédit: Patricia Charest Mugwaneza, Inter Pares

SNC-Lavalin. General Motors. Facebook.

Comme bien d’autres au Canada ces temps-ci, Inter Pares réfléchit à l’omniprésence et à l’étendue du pouvoir des entreprises. S’opposer aux dommages causés par les entreprises est au cœur de nos programmes pour la justice économique. Quand l’intérêt privé entre en collision avec l’intérêt public, nous jugeons qu’un État qui est responsable doit assumer son rôle de contrepoids.

Lucy Sharratt a contesté le pouvoir des entreprises quand elle a témoigné devant un comité parlementaire se penchant sur « la confiance publique » dans notre système alimentaire. Lucy est coordonnatrice du Réseau canadien d’action sur les biotechnologies (RCAB), dont Inter Pares est un membre actif. Le RCAB défend la souveraineté alimentaire et la prise de décision démocratique dans le secteur des sciences et technologies afin de préserver l’intégrité de l’environnement, la santé, l’alimentation et les moyens de subsistance, au Canada et partout dans le monde. Le RCAB se demande comment les personnes vivant de l’agriculture peuvent véritablement contrôler leurs moyens de subsistance alors que quatre sociétés contrôlent à elles seules 66 % du marché mondial des semences. Et comment la population canadienne peut-elle prendre des décisions éclairées sur son alimentation quand le gouvernement refuse d’instaurer l’étiquetage obligatoire des aliments génétiquement modifiés. Le RCAB dénonce aussi jusqu’à quel point les régulateurs canadiens sont dépendants des études scientifiques menées par les mêmes sociétés qui cherchent à obtenir l’approbation de leurs produits.

Plus tôt cette année, Emily Dwyer s’est opposée aux intérêts des entreprises dans des médias nationaux : elle a exprimé sa déception extrême de voir le gouvernement canadien renier son engagement de créer un poste d’ombudspersonne indépendant pour traiter des cas de violations des droits de la personne par des sociétés canadiennes. Emily travaille pour le Réseau canadien sur la reddition de comptes des entreprises (RCRCE), une autre coalition dont Inter Pares est un membre clé. Elle a passé des heures à élaborer un cadre réglementaire canadien pour tenir les minières responsables de leurs violations innombrables et flagrantes des droits de la personne partout dans le monde. Le gouvernement devait créer un poste d’ombudspersonne doté de pouvoirs d’enquête et de ressources financières, avec la mission de réformer le comportement des sociétés canadiennes à l’étranger. Mais le poste créé n’a pas ces pouvoirs et les collectivités touchées à l’étranger – souvent pauvres et vulnérables – ont encore peu de recours. Malgré ce recul, le RCRCE ne baisse pas les bras et poursuit sa lutte afin que les entreprises soient imputables.

Melanie Benard défie le pouvoir des entreprises quand elle parle du besoin crucial d’un régime d’assurance-médicaments public et universel au Canada. Melanie travaille pour la Coalition canadienne de la santé (CCS), à laquelle appartient aussi Inter Pares. La CCS a pour mission de préserver et d’élargir le caractère universel et public de notre système de santé. Le Canada est le seul pays doté d’un système de santé public qui ne couvre pas l’accès aux médicaments d’ordonnance. Nous occupons le troisième rang sur la liste des pays qui paient le plus cher pour leurs médicaments. À l’heure actuelle, un ménage sur quatre n’a pas les moyens de payer ses médicaments d’ordonnance. À qui la faute? Au lobbying des grandes sociétés pharmaceutiques et compagnies d’assurances qui tentent désespérément de protéger leurs juteux profits. La CCS plaide avec passion pour une assurance-médicaments afin qu’aucun ménage au Canada n’ait à choisir entre mettre du pain sur la table ou obtenir les médicaments dont il a besoin.

Inter Pares appuie activement des organisations et des mouvements qui questionnent, contestent et modèrent le pouvoir des entreprises. Lucy, Emily et Melanie sont des militantes remarquables qui travaillent à la résistance et l’organisation pour le changement. C’est un privilège de travailler à leurs côtés.

Inter Pares appuie activement des organisations et des mouvements qui questionnent, contestent et modèrent le pouvoir des entreprises.

Galerie

3 imagesCliquer pour agrandir

Faire un commentaire

backdrop