Persévérer pour le droit à la santé

Nouvelles : Analyses

Imprimer cette page

 Crédit: clinique Mae Tao

Comme indiqué dans notre rapport annuel 2020 "Soutenir la justice sociale"

La pandémie cause des difficultés pour le personnel soignant de partout au monde. La clinique Mae Tao a fait face à la COVID-19 en s’appuyant sur une grande expérience en matière d’adaptation aux crises complexes.

La clinique Mae Tao a ouvert en 1989 en Thaïlande, tout près de la frontière birmane. Elle a été fondée par plusieurs jeunes de Birmanie fuyant la répression militaire dans leur pays. Lors de leur périple vers la frontière, ces jeunes ont rencontré de nombreuses personnes en souffrance sans accès à des soins de santé. Inter Pares a commencé à financer la clinique Mae Tao seulement quelques années après son ouverture. À ses débuts, la clinique était de petite taille, répondant aux besoins urgents. Depuis, elle s’est transformée pour devenir un hôpital de formation sophistiqué. Les patient-e-s habitent dans les usines thaïlandaises où elles travaillent, d’autres habitent dans des camps de réfugié-e-s thaïlandais, et plus de la moitié traversent la frontière entre la Thaïlande et la Birmanie en quête de soins de santé.

En mars, pour affronter la COVID-19, l’équipe de la clinique a fourni de l’équipement de protection, installé des stations de lavage de mains supplémentaires, adapté les infrastructures déjà existantes et annulé les opérations non urgentes. Le confinement a cependant eu d’importantes conséquences sur l’accès aux soins de santé. La présence policière s’est également intensifiée, accentuant la peur de la déportation chez les personnes birmanes habitant en Thaïlande, incluant des membres du personnel de la clinique. Ces facteurs ont ainsi fait chuter les consultations à la clinique de 37 %.

Pour protester contre les restrictions de déplacements imposées à ses patient-e-s, la clinique Mae Tao a travaillé sans relâche pour fournir des soins de santé. Avec l’aide de ses partenaires, l’équipe de la clinique a formé du personnel soignant de chaque côté de la frontière, et a proposé, pour la première fois, des cours en ligne aux personnes disposant d’une connexion Internet fiable. Elle a aussi créé et distribué de l’information de santé publique dans les langues locales, et établi des stations sanitaires ainsi que des systèmes de quarantaine.

Bâtie par des réfugié-e-s résilient-e-s, la clinique Mae Tao se base sur des principes d’équité, de paix, d’autogestion et de soin, pour défendre le droit aux services de santé.  Inter Pares s’engage à continuer de les accompagner dans leur travail.

En savoir plus

Faire un commentaire

backdrop