En Guinée-Bissau, la société civile s’organise pour contrer la COVID-19 et la crise alimentaire

Nouvelles : Analyses

Imprimer cette page

Une femme récolte du riz à Bianga, en Guinée-Bissau.
 Les femmes rurales en Guinée-Bissau sont les championnes de la biodiversité.Crédit: Tiniguena

En Guinée-Bissau, l’organisation Tiniguena, homologue de longue date d'Inter Pares, joue un rôle clé pendant la pandémie. Inter Pares appuie Tiniguena depuis ses débuts avec un soutien stable et récurrent, permettant à l’organisation de mener des actions pour la protection de la biodiversité et pour la promotion de systèmes alimentaires locaux et durables. Nous avons décidé de fournir des fonds supplémentaires à Tiniguena pour répondre à la COVID-19 et à l'insécurité alimentaire.

Bien que le nombre de cas de COVID-19 signalés en Guinée-Bissau soit faible, il est probablement beaucoup plus élevé en raison des moyens très limités de suivre les infections. Le système de santé publique du pays est rudimentaire et encore plus affaibli par la récente instabilité politique. La double crise sanitaire et politique du pays a un impact sur la sécurité alimentaire, l'économie et la stabilité sociale. Selon les rapports du Programme alimentaire mondial, les réserves alimentaires sont presque épuisées. Le gouvernement n'a pas la capacité, financière ou autre, de faire face à la situation actuelle, sans parler de la perspective d'une défaillance des chaînes d'approvisionnement alimentaire, de la propagation du virus et de l'augmentation de l'instabilité sociale.

Les mesures mises en œuvre pour ralentir la propagation du virus (confinement et distanciation sociale) sont difficiles à appliquer car une grande partie de la population vit au jour le jour, ayant besoin de vendre des marchandises ou de produire sur les marchés ou dans la rue pour manger. Les écoles sont fermées, ce qui signifie que les enfants qui auraient généralement au moins un repas complet par jour grâce au programme de repas scolaires, vivent dans la faim. De nombreux marchés publics sont aussi fermés, empêchant la vente d’aliments.

Alors que les taux d'infection et de faim augmentent, les organisations locales de la société civile comme Tiniguena apportent un soutien essentiel :

  • Grâce à la radio communautaire, Tiniguena partage des informations sur la santé publique (par exemple, le lavage des mains, la distanciation physique);
  • En collaboration avec le Programme alimentaire mondial, Tiniguena redirige les repas scolaires, sous forme de rations, vers les ménages;
  • Tiniguena fournit aux agricultrices et agriculteurs des semences locales pour éviter un retard dans les semis pour la prochaine saison.

Tous ces efforts doivent être intensifiés à travers le pays et grâce au Réseau national de sécurité alimentaire et de nutrition (RESSAN), Tiniguena collabore avec d’autres membres du réseau pour garantir que l'aide parvienne aux personnes qui en ont le plus besoin. 

À moyen terme, il est clair pour Tiniguena que le pays doit renforcer sa souveraineté alimentaire et ne pas dépendre autant des importations étrangères pour se nourrir. Tiniguena a l'intention de construire un plus grand nombre de banques de semences locales avec des variétés locales pour garantir la sécurité alimentaire à long terme. Ces banques de semences protégeront l'agrobiodiversité et les connaissances des agricultrices et agriculteurs qui lui sont associées. Le cœur de cette stratégie est de travailler avec les organisations de femmes rurales car elles sont les dépositaires de connaissances sur les semences ainsi qu’en première ligne pour nourrir leurs familles et prendre soin de leurs proches.

Inter Pares continuera à soutenir Tiniguena dans ses efforts pour répondre à la crise sanitaire et alimentaire émergente en Guinée-Bissau, tout en construisant des systèmes alimentaires plus résilients et en protégeant la fragile biodiversité du pays.

Inter Pares continuera à soutenir Tiniguena dans ses efforts pour répondre à la crise sanitaire et alimentaire en Guinée-Bissau, tout en construisant des systèmes alimentaires plus résilients et en protégeant la fragile biodiversité du pays.

Faire un commentaire

backdrop