Féminisme sans frontières

Nouvelles : Mises à jour

Imprimer cette page

Des membres de l'Organisation de femmes karens (KWO) au cours d'une retraite institutionnelle. Formée en 1949 et comptant plus de 49,000 membres, KWO est une organisation communautaire avec laquelle Inter Pares collabore depuis près de 20 ans.
 Des membres de l'Organisation de femmes karens (KWO) au cours d'une retraite institutionnelle. Formée en 1949 et comptant plus de 49,000 membres, KWO est une organisation communautaire avec laquelle Inter Pares collabore depuis près de 20 ans.Crédit: KWO

Par Rita Morbia, directrice générale

Par un bel après-midi d’automne, dans le train qui traverse l’est de l’Ontario, Dre Asha El-Karib de l’Organisation soudanaise pour la recherche et le développement (SORD), un homologue d’Inter Pares, se remémore le récit dramatique de la vie de son amie d’enfance. Jeunes filles, Asha et son amie étaient idéalistes, avides de savoir, discutant à tout bout de champ de questions sociales et politiques de leur temps.

Un beau jour, l’amie d’Asha ne revint pas à l’école de campagne. Elle s’était volatilisée. En fait, elle avait été mariée contre son gré. Bien des années plus tard, les deux amies se retrouvèrent, mais la vie avait eu raison de leur amitié. À ce jour, Asha porte le deuil de l’avenir que sa jeune amie, si pleine d’ambition, aurait voulu avoir.

Cette histoire est l’une des raisons pour lesquelles Asha, qui se décrit comme une « féministe née », s’est consacrée à la promotion de l’égalité des hommes et des femmes au Soudan et dans le monde. SORD, l’organisation à laquelle elle appartient, apporte, par l’entremise de ses cinq centres, une assistance juridique aux femmes démunies et s’attache à réviser les politiques publiques qui continuent d’opprimer les femmes au Soudan.

Asha est convaincue que l’oppression et la violence sexistes existent partout et que la misogynie et le patriarcat sont des phénomènes mondiaux. Le féminisme, qui permet d’appréhender le monde par le prisme des relations de pouvoir, est un moyen de les comprendre et d’acquérir le vocabulaire pour les nommer et les dénoncer. Le féminisme nous force à trouver des solutions de rechange. Ce n’est pas qu’une posture adoptée et défendue par les femmes du Nord seulement. Au cours des quarante dernières années, nous avons pris conscience que le féminisme a aussi trouvé un écho parmi les militantes pour la justice sociale, partout dans le monde. De l’est à l’ouest, du nord au sud, on trouve des mouvements qui se sont donnés pour mission de rééquilibrer les forces en faveur des personnes marginalisées et victimes de discrimination.

Partout dans le monde, Inter Pares soutient des femmes comme Asha, des leaders qui prouvent que le féminisme a une envergure mondiale, tout en s’efforçant de l’adapter aux conditions locales et à leurs propres programmes et problématiques. C’est le cas de María Ysabel Cedano, avocate et directrice de DEMUS, homologue d’Inter Pares au Pérou. Par sa participation aux mouvements féministes et LGBTQ et par son engagement dans les débats de la communauté féministe au Pérou, María Ysabel a pu approfondir ses connaissances et enrichir son action pour la promotion des droits de la personne. DEMUS défend les droits sexuels et reproductifs en ayant recours aux poursuites judiciaires, à la sensibilisation publique et au renforcement du soutien apporté aux femmes victimes de violence. DEMUS a joué un rôle essentiel en poussant les pouvoirs publics péruviens à présenter des excuses officielles aux femmes autochtones pour les stérilisations forcées infligées par le régime de Fujimori au pouvoir de 1990 à 2000 et à établir un plan d’indemnisation.

À l’instar d’Asha et de María Ysabel, Dre Junice Melgar a senti l’appel du féminisme après avoir constaté les méfaits des attitudes patriarcales sur son entourage et sur un nombre incalculable de femmes. Dans son cas, sa prise de conscience s'est faite pendant la lutte de libération nationale des Philippines, sous la dictature Marcos, une période éprouvante, marquée par le secret, la peur et la violence.

Étudiante en médecine, Junice a pris part à des opérations d’offre de services médicaux gratuits; déjà, elle s’intéressait à la santé reproductive des femmes. Elle a été inspirée par le leadership des femmes dans les communautés rurales où elle travaillait. Ces femmes proposaient des solutions reflétant leur propre analyse politique. « Mon travail », explique Junice, « consistait à veiller à ce que ces femmes puissent s’exprimer et agir de manière autonome. C’est ce que je continue de faire aujourd’hui avec Likhaan ». Autre homologue d’Inter Pares, le Centre Likhaan pour la santé des femmes offre des programmes communautaires de soins de santé primaire en zones rurales et urbaines défavorisées, avec une attention particulière à la santé reproductive des femmes. À l’échelle nationale, Likhaan défend aussi l’idée d’un régime de soins de santé universel de qualité aux Philippines.

Pour Asha, les femmes sont toutes dans le même avion : si certaines sont en première, d’autres peinent un peu plus en économie; mais il n’en demeure pas moins qu’elles sont toutes enfermées dans le même appareil. Le féminisme consiste donc à faire atterrir l’avion en toute sécurité pour ouvrir les portes vers une vie sans violence, loin de toute forme de peur et de marginalisation.

Partout dans le monde, Inter Pares soutient des femmes leaders qui prouvent que le féminisme a une envergure mondiale, tout en s’efforçant de l’adapter aux conditions locales et à leurs propres programmes et problématiques.

Galerie

3 imagesCliquer pour agrandir

En savoir plus

Faire un commentaire

By submitting this form, you accept the Mollom privacy policy.
backdrop