Le pouvoir du peuple : l’histoire d’Omar

Nouvelles : Mises à jour

Imprimer cette page

 

Omar Fernández est le directeur de Corporación Arazá, une ONG basée à Bogotá œuvrant pour la justice sociale et la défense des droits de la personne et de l’environnement.

Omar Fernández croit dans le pouvoir du peuple. Respecté pour ses rôles de militant des droits de la personne et de dirigeant, Omar a consacré sa vie au renforcement des mouvements sociaux en Colombie. « Je ne peux pas rester impassible devant l’injustice sociale », dit Omar. « Je ne peux pas croire qu’une personne puisse rester indifférente lorsqu’elle constate la souffrance de personnes qui comptent parmi les plus vulnérables et les plus opprimées. »

Depuis sa création il y a plus de dix ans, la Corporación Arazá collabore avec des groupes populaires qui rassemblent des personnes de différents secteurs sociaux, notamment des communautés paysannes, autochtones et afro-colombiennes, en plus de leur offrir du soutien. Dans un pays où le partage des terres est le plus injuste au monde, nombre de ces communautés subissent des violences chroniques et des déplacements forcés. Les politiques étatiques ont échoué à s’attaquer aux causes profondes de la pauvreté endémique en ruralité, favorisant plutôt les grands propriétaires terriens et l’agro-industrie, ce qui a pour effet d’exacerber la pauvreté rurale.

La Corporación Arazá soutient la défense des droits des personnes marginalisées en les aidant à se rassembler, à partager leur vécu, à analyser les facteurs qui contribuent à leur exclusion et à développer des stratégies communes permettant de s’attaquer aux problèmes qu’elles partagent.

Cette année, Inter Pares a soutenu deux initiatives du genre menées par la Corporación Arazá. La première s’est déroulée en septembre 2018 et a été l’occasion, pour 42 groupes populaires de toute la Colombie, de se rassembler afin de créer une nouvelle fédération agricole nationale — l’Union nationale d’intégration rurale (Unión Nacional de Integración Rural; UNIR).

Selon Omar, « les communautés impliquées dans cette initiative ont senti le besoin de coordonner leurs efforts afin d’avoir un véritable impact sur les politiques publiques et d’accéder aux fonds publics auxquels elles ont droit. La création de l’UNIR constitue une étape charnière du renforcement des capacités de certains pans de la population colombienne totalement abandonnés et historiquement exclus, qui a également permis d’amplifier et d’unifier leur voix ».

La deuxième initiative a eu lieu en novembre 2018, rassemblant 30 dirigeant(e)s issus de 10 communautés afro-colombiennes surtout situées dans la région sud pacifique de la Colombie. Le principal objectif de ce rassemblement était de concevoir un plan d’action commun visant à promouvoir les droits des communautés afro-colombiennes par l’entremise de leurs propres initiatives et du travail de l’UNIR.

Omar croit que les changements menant à une véritable transformation doivent provenir de la base. Il explique que « les droits n’ont jamais été obtenus par la générosité des classes dirigeantes, mais plutôt grâce aux efforts des mouvements sociaux. Je crois en un meilleur avenir pour tous, et je ne désespérerai jamais de voir se concrétiser une société gouvernée par la solidarité, la coopération et la recherche du bien commun ».

Le don que vous faites aujourd’hui contribue à ce que le travail d’artisan(e)s du changement comme Omar renforce des mouvements sociaux en Colombie.

Faire un don maintenant

En savoir plus

Faire un commentaire

backdrop