Un an après, nous nous rappelons et honorons Margaret Philips

Nouvelles : Mises à jour

Imprimer cette page

Margaret Phillips
Dre Margaret Philips: Margaret en compagnie d’amies après avoir reçu un doctorat honoraire de l’université Lakehead en 2015. À partir de la gauche, Dre Pamela Wakewich, Dre Peggy Smith, Dre Margaret Philips, Dre Leni Untinen et Dr Jan Oakley.Crédit: Katja Maki

Margaret est une de ces ainées qui par sa sagesse a façonné l’histoire d’Inter Pares. Elle s’est jointe au conseil d’administration en 1983 et y a siégé pendant plus de dix ans. Margaret a été un atout majeur au conseil d’administration, qui comprenait surtout des hommes jusque là. Quand Margaret est arrivée à Inter Pares, elle a apporté un point de vue rafraîchissant et la voix du nord-ouest de l’Ontario, une région sous-représentée dans les organisations nationales.
Margaret était patiente, attentionnée, clairvoyante et audacieuse. Une présence solide. Une force tout en douceur.

Margaret a aidé à réveiller le féminisme d’Inter Pares – elle a aidé à façonner notre engagement envers les femmes, et à évoluer vers un modèle de leadership collectif. Elle était membre du conseil d’administration en 1983 quand Inter Pares a commencé à intégrer une approche véritablement féministe à sa pratique, notamment une structure de cogestion où tout le personnel gagne le même salaire de base et où les décisions majeures se prennent par consensus. Le modèle de cogestion encore utilisé aujourd’hui par Inter Pares n’aurait peut-être pas vu le jour sans des personnes comme Margaret.

Margaret a soutenu le leadership des femmes à Inter Pares, et aidé à la création d’espaces propices à l’apprentissage mutuel entre femmes qui trouvaient là des moyens d’affirmer leurs droits et de créer des rapports plus équitables entre hommes et femmes. Margaret savait au plus profond d’elle-même que les causes de l’inégalité des femmes n’étaient pas fondamentalement différentes d’un pays à l’autre, et qu’elles avaient beaucoup à apprendre les unes des autres.

Nous avons tissé des liens entre le travail de Margaret dans le nord de l’Ontario et celui d’Inter Pares avec des organisations de femmes en Asie. En 1983, Margaret a voyagé au Bangladesh avec une coordonnatrice d’Inter Pares, Mary Ann Mulvihill, afin de recueillir les récits de femmes et s’en servir au Canada pour sensibiliser la population aux enjeux internationaux de justice sociale. Margaret et Mary Ann ont passé des semaines inoubliables dans des villages, à écouter des femmes et à découvrir ce qui leur tient à cœur. Quand Margaret vous regardait, vous sentiez qu’elle voulait vraiment entendre ce que vous aviez à dire.

La maison de Margaret a toujours été l’étape des tournées nationales d’Inter Pares vers l’ouest – on y trouvait toujours un lit douillet et un souper-partagé entre amis. Margaret a aidé Inter Pares à organiser des activités publiques à Thunder Bay à maintes occasions, dont une production de Side Effects en 1984, une pièce sur les femmes et l’industrie pharmaceutique. Elle a aussi conduit la tournée d’Inter Pares Women Working for Change à Thunder Bay en 1989, avec six militantes féministes de différents pays lors d’une tournée pancanadienne. La formule de la tournée se voulait un véritable  échange plutôt qu’une simple présentation suivie d’une période de questions : des femmes qui parlent à d’autres femmes, des militantes qui parlent à d’autres militantes, dans le cadre de discussions ouvertes. Qu’importe l’activité, le personnel d’Inter Pares n’avait pas à s’en faire pour les détails des rencontres à Thunder Bay – Margaret s’occupait de tout – elle était méticuleusement organisée et était vraiment le pôle officiel du mouvement féministe dans le nord-ouest de l’Ontario.

Pendant des décennies, Margaret a investi son amour, son labeur et ses ressources dans Inter Pares, afin d’assurer que nous puissions poursuivre notre lutte pour les droits des femmes ici et à l’étranger et faire avancer la vision d’un monde meilleur qu’elle a aidé à bâtir, chaque jour de sa vie.

Margaret est décédée à Thunder Bay le 4 novembre 2016 – elle avait 84 ans. Vous allez nous  manquer Margaret, et c’est avec une profonde affection que nous penserons à vous, pour les générations à venir.

Margaret a aidé à réveiller le féminisme d’Inter Pares – elle a aidé à façonner notre engagement envers les femmes, et à évoluer vers un modèle de leadership collectif.

Galerie

1 imagesCliquer pour agrandir

Faire un commentaire

backdrop