Asha El-Karib : une fervente militante de la démocratie et de l’égalité des femmes au Soudan

Voix : Profil de militant et militante

Imprimer cette page

Asha El-Karib
Asha El-Karib : une militante des droits des femmes

Lorsque Asha El-Karib parle du Soudan, un pays ravagé par plus de quarante ans de guerre civile, elle raconte une histoire où se mêlent le désespoir et l'espérance d'un peuple assoiffé de paix et de justice. Mère, professionnelle et militante féministe, Asha est profondément impliquée dans la reconstruction de la société civile soudanaise. Elle est aussi la directrice de SORD (Sudanese Organization for Research and Development, Organisation soudanaise pour la recherche et le développement).

Dans sa jeunesse, Asha militait dans l'Union des femmes soudanaises, une organisation dissoute depuis par les autorités gouvernementales. C'est là qu'Asha a pris conscience des différentes manières dont les femmes sont exclues et opprimées dans la société. Sa thèse postdoctorale portait sur la contribution des femmes, longtemps ignorée du monde entier, dans le secteur agricole et en matière de sécurité alimentaire. Petit à petit, l'intérêt que portait Asha aux droits politiques des femmes s'est déplacé vers leurs droits sociaux et génésiques.

Portée par son engagement sincère à améliorer la vie des femmes, Asha a fondé avec un groupe de militantes le Gender Centre for Research and Training en 1997. Le Centre fournit analyses et informations sur la féminisation de la pauvreté, le rôle des femmes dans l'éducation et la main d'oeuvre, les effets de la guerre et les contributions primordiales des femmes dans la résolution des conflits. Les membres du Centre prennent part aux débats politiques nationaux sur la démocratie, les droits de la personne, la consolidation de la paix et la pauvreté.

Asha est consciente de ce que, partout dans le monde, les femmes sont reléguées au second rang et, par conséquent, de l'importance de documenter et diffuser leurs expériences et de créer un maillage serré d'organisations de femmes du monde entier. En tant que chercheuse principale pour un récent projet documentant la violence conjugale au Soudan, Asha a largement contribué à rompre le silence et surmonter le tabou social dans une société qui nie toujours l’existence de la violence contre les femmes.

Asha est aussi entrée en contact avec des réseaux et des organismes internationaux de femmes spécialisés dans des questions d'intérêt pour toutes les Soudanaises telles que la santé génésique et, en particulier, les mutilations génitales, une pratique rejetée et condamnée par des femmes du monde entier.

Lorsqu'elle explique les effets négatifs de la charia sur les femmes musulmanes et chrétiennes, du Nord comme du Sud du Soudan, elle insiste sur la nécessité qu'elles agissent de concert pour promouvoir la démocratie et l'égalité des sexes dans tout le pays. Féministe, Asha rêve « de surmonter les barrières sexuelles, ethniques, sociales, religieuses ou géographiques, qui font obstacle à la solidarité des femmes et à la transformation de la société ».
Asha est convaincue que les femmes peuvent changer le monde; son action personnelle et professionnelle est source d'espoir et d'encouragement pour plusieurs.

En mai 2004, le Gender Center for Research and Training (GCRT) du Soudan a reçu la bourse 2004 du Fonds Betty Plewes. Institué par le Conseil canadien pour la coopération internationale (CCCI) en l'honneur de son ancienne présidente, le Fonds octroie une bourse de 15 000$ à une ONG africaine qui se consacre à la recherche et à l'élaboration de politiques relatives aux enjeux prioritaires pour les femmes. En acceptant la bourse au nom de ses collègues du Gender Center, Asha a écrit :

Du fond de nos coeurs et du coeur de l'Afrique, nous tendons nos mains pour saisir les vôtres dans un geste d'amour, d'espoir et de solidarité. Nos convictions et notre foi en un monde meilleur où nous pourrons vivre dans la paix et l'égalité n'ont jamais failli, malgré la douleur et les blessures, malgré la répression et l'injustice. Nous du Gender Center, solidaires du mouvement pour la démocratie au Soudan, entretenons et chérissons la vision d'un nouveau Soudan, uni, stable, laïc, démocratique, pacifique et respectueux de sa diversité colorée. Nous vous remercions de nous avoir fait l'honneur de cette bourse et nous faisons la promesse de poursuivre la lutte et l'action militante.

En savoir plus

Faire un commentaire

backdrop