Mobiliser les jeunes contre la violence : Sanjida Akhter, Bangladesh

Voix : Profil de militant et militante

Imprimer cette page

17.	Sanjida Akhter stands in a schoolyard with her hands folded in front of her body, smiling at a group of classmates who stand around her in a circle.
 Crédit: S M Mahfuzul Islam Rahat

Découvrez notre nouveau rapport annuel en ligne!

Au Bangladesh, la violence sexiste est partout, peu importe l’âge, la classe ou la religion. Selon les fondamentalistes religieux, les femmes doivent rester à la maison, les filles doivent se marier jeunes et la violence sexiste est acceptable. Fait alarmant, la violence débute très tôt dans la vie et les filles vivent souvent du harcèlement sexuel à l’école.

Il y a dix ans, après plusieurs incidents, la Cour suprême a ordonné à toutes les écoles de former des comités contre le harcèlement sexuel. Presque aucune école ne l’a fait. Nijera Kori, homologue de longue date d’Inter Pares, a alors décidé de mobiliser des membres du groupe de gens sans terre, jeunes et adultes, pour faire pression sur les écoles. Le résultat a été incroyable : en 2019, 324 écoles avaient mis sur pied des comités contre le harcèlement sexuel!

Certains jeunes sont allés encore plus loin, dont Sanjida Akhter. Étudiante de 10e année, Sanjida a formé un comité pour mettre un terme au mariage d’enfants, dénoncer le harcèlement des filles et éduquer les jeunes sur ces questions.  Son comité a empêché le mariage d’une jeune de 15 ans et le journal local a rapporté l’histoire. Alors qu’elle travaillait à mettre fin au mariage d’enfants dans son village, Sanjida a elle-même refusé un mariage arrangé.

Les jeunes de Nijera Kori sont déterminés à changer les choses et ils organisent des activités d’éducation sur la violence sexuelle. En 2019, plus de 200 filles et garçons ont organisé une course pour sensibiliser la population et dénoncer la violence sexuelle. Une randonnée à vélo a mis en lumière le harcèlement des filles et contesté le stéréotype selon lequel le vélo est réservé aux garçons.

Ce n’est pas facile de remettre en question les normes de genre et les pratiques patriarcales, surtout pour les jeunes, un groupe souvent ignoré. Mais les jeunes de Nijera Kori luttent avec passion pour la justice de genre et Inter Pares est fière de les soutenir.

Je veux poursuivre mes études et devenir policière pour mettre fin au harcèlement et au mariage d’enfants. Sanjida Akhter

En savoir plus

Faire un commentaire

backdrop