Prix Peter Gillespie pour la justice sociale

Imprimer cette page

 

Connaissez-vous une organisation menée par des jeunes accomplissant un travail inspirant pour la justice sociale au Canada? Ou une organisation qui mobilise les jeunes et stimule leur militantisme?

Faites connaître cette organisation remarquable en proposant sa candidature au Prix Peter Gillespie pour la justice sociale 2020.

Ce prix commémore l’héritage de Peter Gillespie, notre ancien collègue ayant dédié sa vie aux luttes sociales, en honorant le travail d’organisations pour la justice sociale basées au Canada. Le prix sera décerné le 27 avril 2020 lors de l’événement public annuel d’Inter Pares.

Inter Pares est une organisation féministe établie à Ottawa sur le territoire non cédé des Anishinaabe Omàmiwinini (nation algonquine.). Fondée en 1975, l’organisation travaille pour la justice sociale au Canada et ailleurs dans le monde.

L’organisation lauréate du Prix Peter Gillespie pour la justice sociale sera invitée à Ottawa pour échanger avec Inter Pares sur les stratégies de plaidoyer et de réseautage, dans un processus d’apprentissage mutuel. Selon la disponibilité et les intérêts de l’organisation, le prix peut comprendre :

  • Le transport et les frais de séjour de deux personnes à Ottawa pendant cinq jours (si l’organisation est basée à l’extérieur de la région ottavienne);
  • Une tribune publique lors de la remise du prix à l’événement public annuel d’Inter Pares le 27 avril;
  • Des rencontres avec des député-e-s, des membres du Sénat ou leur équipe;
  • Des rencontres à Ottawa avec des groupes de la société civile menés par des jeunes ou des groupes de mobilisation des jeunes œuvrant à l’échelle nationale ou internationale;
  • Des rencontres avec des membres de l’équipe d’Inter Pares pour échanger des idées sur la gestion organisationnelle, la collecte de fonds et le plaidoyer;
  • Le partage des publications et activités de l’organisation pendant six mois sur les canaux de communication d’Inter Pares.

Critères
L’organisation mise en candidature doit :

  • avoir un budget global d’environ 500 000 $ ou moins;
  • être un groupe ou une organisation pour la justice sociale basé au Canada, dont le travail exceptionnel est mené par des jeunes ou mobilise les jeunes (il n’y a pas d’âge fixe; l’auto-identification en tant que jeune est suffisante);
  • ne pas être un homologue actuel d’Inter Pares.


Date limite de mise en candidature
L’échéance pour proposer une candidature est le 29 février 2020. Vous trouverez le formulaire de mise en candidature sur notre site web.

Processus de sélection
Un comité de sélection de quatre personnes analysera les candidatures et en vérifiera l’admissibilité. Le choix du comité se fondera sur la capacité de l’organisation à contribuer au changement durable, son engagement communautaire, son esprit de collaboration et son leadership. Dans le but de favoriser la diversité au fil des ans, le comité gardera en tête qui a gagné le prix dans le passé.

Nous vous invitons à proposer une candidature. Ne ratez pas cette occasion unique de mettre en lumière le travail d’une organisation exceptionnelle.

Pour toute question, veuillez contacter Rebecca Wolsak rwolsak@interpares.ca ou Bill Fairbairn bilito@interpares.ca, membres de l’équipe d’Inter Pares.


Organisations lauréates du Prix Peter-Gillespie pour la justice sociale

2019, Colauréats : Clinique 554 et Conseil national autochtone des sages-femmes

Thème : Santé et droits sexuels et reproductifs

La Clinique 554 est une pratique familiale consacrée aux soins de santé axés sur les patient-e-s. Féministe, sensible aux traumatismes, antiraciste et fondée sur la réduction des dommages, sa pratique vise à offrir une expérience optimale à toute personne qui accède à ses services. Couvrant tous les groupes d’âge, de la pédiatrie à la gériatrie, la clinique met l’accent sur la santé reproductive et les soins aux personnes trans, LGBTQ et séropositives.

Le Conseil national autochtone des sages-femmes (NACM) a pour mission de promouvoir l'excellence des soins en santé reproductive auprès des femmes Inuites, Métisses et issues des Premières Nations. L’organisme préconise le retour de l’éducation au rôle de sage-femme, l’accès aux services d’une sage-femme et le choix du lieu de la naissance, conformément à la Déclaration des Nations unies sur les droits des peuples autochtones.

2018, Centre des travailleuses et travailleurs immigrants

Thème : Discrimination et exclusion sociale

Fondé en 2000, le Centre des travailleuses et travailleurs immigrants (CTI) défend les droits des immigrantes et des immigrants sur les lieux de travail et se bat pour la dignité, le respect et la justice. Le Centre a pour but de promouvoir l'éducation populaire sur les droits des travailleuses et des travailleurs; d’améliorer leurs conditions de travail; et d’offrir un espace où obtenir information, ressources et références.

2017, Conseil canadien des femmes musulmanes

Thème : Droits des femmes

Fondé en 1982, le Conseil canadien des femmes musulmanes (CCFM) est un porte-parole progressiste pour les femmes musulmanes du Canada. Le CCFM œuvre résolument à la promotion du dialogue interreligieux et à la compréhension mutuelle entre la communauté musulmane et les autres groupes confessionnels. Le travail du Conseil canadien des femmes musulmanes est à l’image des valeurs incarnées par ce prix. Face à la discrimination croissante et parfois tragique vécue par la communauté musulmane au Canada, le CCFM rappelle avec insistance le caractère universel des droits de la personne en dénonçant les restrictions et la discrimination fondées sur la religion, le sexe ou la race.

Qui était Peter Gillespie?

Pendant ses vingt-cinq ans de travail à Inter Pares (1985-2010), Peter a mis sa passion, son courage, son talent et son engagement profond envers la justice sociale au service d’une diversité de luttes à travers le monde. Avec des organisations de la société civile au Bangladesh, il a contribué à la création de mouvements pour la souveraineté alimentaire, les droits des personnes sans terre et la démocratie. Il a dénoncé les mesures de contrôle démographique avec leur discours raciste antipauvre, et il a soutenu le démantèlement de programmes coercitifs. Il a défendu sans relâche les droits de la personne en Birmanie, notamment en recueillant des millions de dollars pour soutenir les personnes réfugiées et déplacées. Aux Philippines, il a travaillé en solidarité avec les travailleurs de l’industrie du sucre, qui ont réussi à transformer un système féodal et récupérer les droits sur leurs terres. Il a également su attirer l’attention du public et du gouvernement sur les conséquences des fuites massives de capitaux et de l’évasion fiscale des pays en développement dans le système financier mondial. Toute sa vie, il a été un fidèle partisan et allié des luttes des femmes pour la justice et l’autonomie, tant au Canada qu’à l’étranger. À la suite du décès de Peter le 22 mai 2015, Inter Pares a créé un prix pour la justice sociale qui porte son nom, en collaboration avec sa famille et ses proches.

backdrop