Crise à la Commission interaméricaine des Droits de l'Homme

Nouvelles : Mises à jour

Imprimer cette page

(G-D) Rachel Vincent de Nobel Women’s initiative, James Cavallaro, Bill Fairbairn d'Inter Pares, Jim Hodgson de l'Église unie du Canada, et Guillaume Charbonneau d'Inter Pares.
Les membres du Groupe d'orientation de la politique des Amériques rencontrent James Cavallaro, Président de la Commission interaméricaine des Droits de l'Homme: (G-D) Rachel Vincent de Nobel Women’s initiative, James Cavallaro, Bill Fairbairn d'Inter Pares, Jim Hodgson de l'Église unie du Canada, et Guillaume Charbonneau d'Inter Pares.Crédit: Ashley Armstrong

Deux membres d'Inter Pares, Bill Fairbairn et Guillaume Charbonneau, ont rencontré le président de la Commission interaméricaine des Droits de l'Homme (CIDH), James Cavallaro, mardi dernier.

Avec d'autres membres du Groupe d'orientation sur la politique des Amériques (GOPA), ils ont discuté de la crise du financement au CIDH, dont le travail a été considérablement compromis en raison de sous-financement systémique. À moins que la CIDH ne reçoive une confirmation et des promesses de financement de gouvernements au plus-tard le 15 juin, elle se verra obligée de mettre à pied 40 % de son personnel le mois prochain et de suspendre deux audiences à venir. Le CIDH a été un forum inestimable pour la société civile en Amérique latine, qui s'adresse à la commission lorsque ses propres systèmes judiciaires et gouvernements ne rendent pas justice.

La GOPA a exhorté le ministre Dion à fournir un soutien à la CIDH : de 2011 à 2015, l'appui du Canada est passé de 600 000 $ à 75 000 $ par an, et rien n'a encore été promis pour 2016. Une copie a été partagée avec M. Cavallaro, ainsi qu'avec des membres du Sous-comité parlementaire des droits internationaux de la personne.

En savoir plus

Faire un commentaire

backdrop