Il y a 30 ans, nous voulions notre Place au débat. Nous la voulons toujours aujourd’hui.

Nouvelles : Analyses

Imprimer cette page

Caroline Andrew
Caroline Andrew: directrice du Centre sur la gouvernance de l’Université d’Ottawa et ex-présidente du conseil d’administration d’Inter Pares.Crédit: Patricia Charest Mugwaneza

Les souvenirs personnels affluent quand je vois l’essor de la campagne Place au débat, le mouvement pour un débat diffusé à la grandeur du pays où les chefs aborderont des enjeux définis par les femmes. J’ai été modératrice au débat des femmes de 1984, le seul débat sur les enjeux qui touchent les femmes à s’être tenu au Canada lors d’une élection fédérale. À l’époque, John Turner était premier ministre et il affrontait Brian Mulroney et Ed Broadbent.

Je me souviens d’avoir été très nerveuse le soir du débat, mais j’ai retrouvé mon calme quand j’ai rencontré les femmes qui posaient les questions : Eleanor Wachtel, Kay Sigurjonsson, Francine Harel-Giasson et Renée Rowan. Elles voulaient tellement clarifier les enjeux qui étaient – et sont encore – au cœur même de la vie des femmes : inégalité des revenus, garderies, accès à l’avortement et paix à l’échelle internationale.

Même si l’avortement est relativement plus accessible de nos jours, la fermeture de la clinique Morgentaler au Nouveau-Brunswick nous rappelle que la bataille n’est pas gagnée. L’accès à des garderies publiques de qualité est plus incertain qu’il l’était en 1984 et il faut se battre en ce sens. L’inégalité des revenus est toujours un enjeu crucial pour les femmes, notamment les Autochtones, les immigrantes, celles qui font partie d’une minorité visible et les femmes ayant un handicap.

Le débat a-t-il eu un impact? Il a montré que la politique peut et doit s’occuper des enjeux au cœur du quotidien des femmes, notamment celles qui ont un double, voire un triple désavantage. On a trop longtemps cru que la politique était la chasse gardée des hommes. Grâce au travail acharné de femmes (et d’hommes) partout dans le monde, cette vision est en train de changer. Joignez-vous à moi pour exiger un débat sur les enjeux des femmes entre les chefs de partis en 2015.

 

La politique peut et doit s’occuper des enjeux au cœur du quotidien des femmes, notamment celles qui ont un double, voire un triple désavantage.

En savoir plus

Faire un commentaire

backdrop