Le projet de loi 62 ne favorise pas les droits des femmes

Nouvelles : Dans l'actualité

Imprimer cette page

 

Inter Pares est une organisation féministe canadienne de justice sociale. Nous travaillons avec des groupes d’activistes locaux à travers le monde, notamment pour promouvoir l'égalité et les droits des femmes. L'analyse que nous partageons avec beaucoup de ces organisations est que les corps et les choix des femmes sont régulièrement instrumentalisés à des fins politiques. C’est dans ce contexte qu’Inter Pares est profondément préoccupée par l'adoption du projet de loi 62 par le gouvernement du Québec. Nous croyons que cette loi va exacerber la xénophobie et la stigmatisation déjà vécues par les femmes musulmanes au Canada, particulièrement celles qui couvrent leur visage.

Les femmes du monde entier, y compris au Canada, sont confrontées à une foule d'obstacles sociaux, économiques et politiques. Au Soudan, Inter Pares travaille avec des organisations de défense des droits des femmes qui ont fait preuve d'un grand courage en contestant l’autorité de l'État de leur imposer comment se vêtir par des lois d'ordre public exigeant une tenue « modeste ». Des Soudanaises ont été emprisonnées parce qu'elles portaient des pantalons en public. Le projet de loi 62 mine également le libre arbitre des femmes en dictant ce qu'elles peuvent ou ne peuvent pas porter.

En avril 2017, Inter Pares a décerné le Prix Peter Gillespie pour la justice sociale au Conseil canadien des femmes musulmanes (CCFM) en reconnaissance de leur travail visant à examiner, interroger et mettre fin à la discrimination raciale et basée sur le genre. Dans une lettre ouverte adressée au premier ministre Philippe Couillard, le CCFM déclare que le projet de loi 62 « attisera davantage la discrimination et le racisme auxquels sont confrontés les musulmans québécois et mettra particulièrement les femmes à risque ».

Inter Pares apprécie également le plaidoyer cohérent de notre homologue de longue date, La Ligue des droits et libertés, qui a fait plusieurs interventions publiques au sujet du projet de loi 62, exigeant au gouvernement du Québec son retrait. La Ligue fait valoir que le résultat du projet de loi 62 sera de renforcer l'isolement des femmes musulmanes qui couvrent leur visage pour des raisons religieuses. En outre, elle déclare qu’en appliquant un profilage religieux discriminatoire sanctionné par l'État, le projet de loi 62 va à l'encontre du principe même de neutralité religieuse qu’il prétend consacrer.

Inter Pares est une organisation d’envergure nationale soutenue par des donateurs et donatrices qui résident dans toutes les provinces et territoires du Canada. Nous ajoutons notre nom au chœur des voix de cette province et d’ailleurs, demandant au gouvernement du Québec de retirer le projet de loi 62.

En savoir plus

Faire un commentaire

backdrop