Moustiques génétiquement modifiés au Burkina Faso : pas de consentement

Nouvelles : Analyses

Imprimer cette page

 Crédit: Zahra Moloo

En 2018, la COPAGEN , un homologue de longue date d'Inter Pares, a appris que l'Agence nationale de biosécurité du Burkina Faso avait autorisé l'introduction de moustiques génétiquement modifiés (GM) à des fins d'analyses de laboratoire et de recherche dans le but de libérer les moustiques génétiquement modifiés. Les moustiques GM ont été développés par Target Malaria, un consortium d'instituts de recherche qui reçoit un financement de base de la Fondation Bill & Melinda Gates, ainsi que d'autres bailleurs de fonds. L’objectif de Target Malaria est de libérer dans l’environnement des moustiques génétiquement modifiés issue du procédé de forçage génétique, dans le but de réduire la population de moustiques porteurs du paludisme. Le forçage génétique (communément appelé Gene Drives en anglais» est une nouvelle technologie controversée conçue pour diffuser des caractères modifiés par génie génétique dans toute une population de plantes ou d'animaux. Dans ce cas, le trait génétiquement modifié vise à exterminer la population de moustiques Anopheles gambiae.

Le 23 mars 2018, COPAGEN-Burkina a rencontré l’équipe de Target Malaria et par la suite a déclaré avoir été choquée par le manque de transparence et de sensibilisation du public sur ce projet et ses risques potentiels pour les communautés locales. En outre, au niveau national, aucune consultation formelle n’avait eu lieu sur la question de savoir si ce projet devrait être autorisé en vertu de la réglementation en vigueur en matière de biosécurité au Burkina.

En réponse à ces préoccupations et questions, Inter Pares a fourni des fonds pour permettre à Zahra Moloo, chercheure, journaliste et cinéaste, de se rendre au Burkina Faso en octobre 2018 afin de fournir des informations sur le forçage génétique aux membres de la COPAGEN lors de leur forum annuel. Zahra s'est ensuite rendue pour recueillir les témoignages de personnes vivant dans les zones prévues pour la libération des moustiques.

Ci-dessous, le film et le photoreportage de Zahra, documentant les problèmes de manque de sensibilisation, de transparence et de consentement dans la région où les moustiques génétiquement modifiés vont être libérés.

 

 

Pourquoi Inter Pares est-elle préoccupée par Target Malaria?
Les moustiques issus du forçage génétique sont une fausse solution. Le paludisme est une maladie qui peut être éradiquée par des mesures d'assainissement appropriées. Le paludisme a été maîtrisé dans les années 1900 au Canada et finalement éradiqué dans les années 1950 - bien avant l’invention du forçage génétique. Si le paludisme persiste au Burkina Faso, c'est en raison du manque d'infrastructures de base et de mesures de santé publique pour le prévenir. Investir dans ces domaines est un moyen plus sûr, moins controversé et plus éthique d’éradiquer le paludisme. De plus, choisir de se concentrer sur le génie génétique au lieu de ces solutions connues pourrait permettre de négliger de manière continue ces mesures et d’autres mesures de santé publique nécessaires.

 


Controverse sur les moustiques au Burkina Faso by Inter Pares on Exposure

Notre impact

Inter Pares facilite une mission de renseignement avec COPAGEN qui dévoile un manque de consentement dans un projet de modification génétique des moustiques au Burkina Faso

En savoir plus

Faire un commentaire

backdrop