Santé et humanité : Trait d’union entre les Philippines et le Canada

Nouvelles : Mises à jour

Imprimer cette page

Édition 2014 des conférences annuelles d'Inter Pares à Ottawa
Édition 2014 des conférences annuelles d'Inter Pares à Ottawa : Dre Junice Melgar de Likhaan (à gauche), Mike McBane de la Coalition canadienne de la santé (au milieu) et Kathryn Dingle d'Inter Pares (à droite).Crédit: Patricia Charest Mugwaneza

Nous vivons dans un monde où règne l’idée que tout est à vendre, où si vous avez de l’argent, vous obtiendrez plus que les soins nécessaires et, si vous n’en avez pas, vous n’en recevrez pas assez.

Mike McBane

En avril 2014, avec l’appui de la Fondation Douglas-Coldwell, Inter Pares a réuni la Dre Junice Melgar, directrice du Centre Likhaan pour la santé des femmes, aux Philippines, et Mike McBane, alors coordonnateur de la Coalition canadienne de la santé. Tous deux ont été invités à prendre la parole lors de la Série de conférences annuelles, une soirée de récits et de débats à laquelle plus d’une centaine de partisans d’Inter Pares ont pris part.

La Dre Melgar a décrit la manière dont Likhaan a incité des femmes vivant dans les quartiers les plus pauvres de Manille à raconter leurs histoires aux membres du Congrès et du Sénat philippins. Grâce à cette mobilisation, la Loi sur la santé reproductive, qui vise à réduire la mortalité maternelle, a été adoptée en 2012. Le succès qu’a remporté cette démarche leur sert de tremplin pour réclamer une vaste réforme visant à rendre universel l’accès aux soins de santé dans le pays.

Quant à Mike McBane, il nous a rappelé que l’Accord sur le renouvellement des soins de santé au Canada expirait en mars 2014. Le Gouvernement fédéral, en refusant de renégocier avec les provinces, indique qu’il ne jouera désormais plus le rôle de chef de file en matière de soins de santé. En conséquence, les analystes en santé publique estiment que les soins seront, à l’avenir, moins accessibles et plus fragmentés.

Cette situation préoccupe la Dre Melgar. Aux Philippines, on étudie le modèle canadien à la recherche d’avenues possibles en matière de santé publique. Mais dans son pays, on connaît bien les dangers d’un régime éclaté : la santé y est largement privatisée et il existe plus de 1 500 régimes régionaux indépendants. Dans certaines régions du pays, les pressions exercées par les autorités religieuses sur les conseils de la santé ont abouti à l’interdiction des méthodes de contraception. Il s’ensuit que les femmes vivent avec les conséquences désastreuses d’un nombre fréquent de grossesses non désirées.
 

Aux Philippines, on étudie le modèle canadien à la recherche d’avenues possibles en matière de santé publique. Mais dans son pays, on connaît bien les dangers d’un régime éclaté.

En savoir plus

Faire un commentaire

backdrop