Vers une vision collective en faveur de la souveraineté alimentaire au Canada

Nouvelles : Mises à jour

Imprimer cette page

 

En avril 2011, Inter Pares a contribué au lancement du rapport « Du pain sur la planche : Une politique alimentaire populaire pour le Canada ». La publication du document était le point culminant d’une vaste enquête sur le système alimentaire auprès de la population. En tout, plus de 3 500 personnes des quatre coins du pays ont pris part à cet exercice et ont ainsi produit l’analyse la plus exhaustive du système alimentaire canadien jamais effectuée à ce jour. Cette analyse a mené à l’élaboration d’une politique claire pour une société plus juste et plus écologique. Sécurité alimentaire Canada, considérée de plus en plus comme porte-parole du mouvement alimentaire au Canada, a pris l’engagement de concrétiser les principes de la Politique.

La sagesse des leaders des communautés autochtones du Canada se retrouve au coeur de la Politique alimentaire populaire. Durant les trois années qu’a duré le processus de réflexion, ces leaders ainsi que des militantes et militants de régions, cultures et secteurs divers se sont attachés à trouver les éléments de convergence et à articuler une vision collective de la souveraineté alimentaire au Canada. Il était essentiel de surmonter les différences et d’oeuvrer pour le bien commun face à la dure réalité et à l’urgence d’agir.

Dans les zones urbaines, le recours aux banques alimentaires bat des records. Parallèlement, dans le nord du pays, le prix exorbitant des denrées nutritives et la malbouffe bon marché contribuent à la malnutrition de la population et à l’expansion, dans des proportions épidémiques, de l’obésité et du diabète chez les enfants. Aux déserts alimentaires des centres urbains s’opposent, dans le nord, les déserts sauvages, conséquence de l’exploitation minière et pétrolière qui porte atteinte à la capacité des communautés à se nourrir par la pêche, la chasse et la cueillette, activités essentielles à la vie et à la culture des habitants du Nord canadien.

Dans les zones urbaines, le recours aux banques alimentaires bat des records. Parallèlement, dans le nord du pays, le prix exorbitant des aliments sains et la malbouffe bon marché contribuent à la malnutrition de la population et à l’expansion, dans des proportions épidémiques, de l’obésité et du diabète infantiles. Aux déserts alimentaires des centres urbains s’opposent, dans le nord, les déserts de faune et de flore, conséquence de l’exploitation minière et pétrolière qui porte atteinte à la capacité des communautés à se nourrir de la pêche, la chasse et la cueillette, activités essentielles à la vie et à la culture des habitants du Nord canadien.

Il est nécessaire de changer de paradigme. Pour les peuples autochtones, l’alimentation fait partie intégrante de la relation au monde naturel qui nourrit cultures et communautés. Pour une ancienne de la communauté Anishinaabe citée dans la Politique alimentaire populaire : « La guérison des êtres est liée à l’accès à des aliments sains puisque l’alimentation elle-même est source de bien-être; pas seulement pour le corps mais aussi pour l’âme, pour la connexion spirituelle avec l’histoire, les ancêtres et la terre ». Les valeurs et les savoirs des peuples autochtones sont indispensables à l’humanité si elle est déterminée à surmonter les défis auxquels nous sommes confrontés aujourd’hui et à envisager des plans d’avenir.

En janvier 2012, Eric Chaurette, membre de l’équipe d’Inter Pares, a été élu président de Sécurité alimentaire Canada. Inter Pares apporte un appui considérable à cette organisation qui encourage la création d’espaces d’apprentissage et d’action collectifs réunissant autochtones et non-autochtones en vue d’assurer la souveraineté alimentaire de toutes et de tous.

Pour en savoir plus sur la souveraineté alimentaire autochtone:

http://foodsecurecanada.org/fr/communaute-et-reseaux/cercle-autochtone

Notre impact

Assurer la souveraineté alimentaire au Canada en changeant le système alimentaire de bas en haut et plaidant pour une politique alimentaire nationale et progressive avec nos alliés

En savoir plus

Comments (1)

Faire un commentaire

  • Charles-Eugène ...
    TRès bon travail que ce chantier sur la Souveraineté alimetaire, en ligne avec la Déclaration de Nyeneli au Mali en 2006, avec la Via Campesina. Bravo!
backdrop