Charm Tong : pour une Birmanie inclusive et démocratique

Voix :

Imprimer cette page

Charm-Tong Sam
 Charm Tong (à gauche) avec Samantha McGavin d’Inter Pares.

Charm Tong est dans sa jeune trentaine et elle aime la glace à l'érable. Elle plaisante et rit de bon coeur. Mais pour une réfugiée birmane, ressentir la joie et l'exprimer n'est pas facile. « Je croyais que je ne pouvais pas m'amuser et que je devais travailler dur tout le temps », dit-elle. Maintenant, rire et être heureuse est devenu un acte de défi à la brutale dictature militaire en Birmanie.

Charm est une Shan. Les Shan forment l'une des minorités ethniques de Birmanie. Elle a passé son enfance à se déplacer avec sa famille à l'intérieur de l'État de Shan, fuyant la répression militaire. Comme elle, de nombreux Shan se sont réfugiés en Thaïlande voisine.

À dix-sept ans, Charm Tong a présenté un témoignage devant la Commission des droits de l'homme des Nations Unies. Elle a eu un tel impact que l'année suivante elle a été choisie pour présenter un nouveau témoignage. Lorsqu'elle parle, Charm Tong touche toujours son auditoire par son honnêteté, sa sincérité et son intégrité. Elle a fait partie des délégués à la Conférence de Winnipeg sur les enfants touchés par la guerre. Elle a aussi partagé son expérience avec d'autres jeunes d'Angola, du Cambodge, de Bosnie et d'Ouganda, dans le cadre d'un projet intitulé Les enfants : bâtisseurs de la paix qui porte sur les effets de la guerre et des conflits sur les enfants et les jeunes. Les Amis canadiens de la Birmanie, une organisation qui bénéficie de l'appui et de la collaboration d'Inter Pares, l'a choisie pour participer au cours intensif de trois semaines sur les droits de la personne offert par la Fondation canadienne des droits de la personne à Montréal. Charm Tong croit fermement dans les capacités des jeunes à évoluer et à changer leur vie et le monde.

Inter Pares l'a connue à travers son action dans le Comité de coordination du réseau d'action féminine Shan (SWAN), une organisation qu'Inter Pares appuie depuis sa création en 1999. À travers SWAN, Charm a participé à de nombreux projets portant sur la traite des femmes birmanes au profit de l'industrie du sexe en Thaïlande, sur la violence contre les réfugiées et les services d'éducation aux enfants des migrants Shan. Sa maîtrise de l'anglais, du thaï et du mandarin, outre la langue Shan, est un atout précieux dans son activité auprès de SWAN.

Charm Tong a beaucoup voyagé afin de dénoncer l'exploitation des femmes et des enfants en Birmanie et en Thaïlande. En plus de sa langue maternelle shan, elle maîtrise l'anglais, le thaï, et le mandarin. Son travail de militante des droits de la personne ne cesse d'attirer l'attention de la communauté internationale. Elle a rencontré le président américain George W. Bush (2005), le ministre des affaires étrangères de l'Angleterre, Jack Straw ainsi que d'autres ministres britanniques (2006). Elle s'est également adressée aux participantes et participants du World Peace Forum à Vancouver lors des cérémonies d'ouvertures (2006). Charm Tong a été nommée une des « femmes du monde » par la revue Marie Claire (2004), elle a reçu le Reebok Human Rights Award (2005) et a été choisie par la revue Time en tant qu'une des « héroïnes de l'Asie » (2005).

La participation de Charm dans autant d'activités locales et internationales constitue l'expression de son engagement sincère pour la réalisation du rêve d'une Birmanie ouverte et démocratique. Son dévouement et son courage sont une source constante d'inspiration et d'enthousiasme pour tous celles et ceux qui accompagnent son action pour un monde plus juste.

 

En savoir plus

Faire un commentaire

backdrop