Samantha McGavin, Inter Pares

Voix :

Imprimer cette page

Sam McGavin
 Crédit:

Après 15 ans dans le domaine de la communication et de la collecte de fonds à Inter Pares, j’assume depuis la mi-2017 la cogestion du programme sur la Birmanie. Cela équivalait alors à plonger radicalement dans le monde du plaidoyer.

Cela fait un quart de siècle qu’Inter Pares travaille en solidarité avec des organisations de minorités ethniques de la société civile et depuis plus de dix ans, avec des organisations de défense des droits des Rohingyas. Au début de la dernière vague de violence contre les Rohingyas en août 2017, nous devions prendre parti. Inter Pares a dénoncé les crimes contre l’humanité et appelé à une vigoureuse réaction du Canada. Notre travail de plaidoyer s’est accentué au fur et à mesure que se dévoilait l’ampleur effarante de la violence subie par ces minorités.

Avec mon collègue Kevin Malseed, qui défend les droits des Birmans depuis plus de 25 ans, nous avons insisté pour que le Canada reconnaisse le lien direct entre le génocide rohingya et un demi-siècle d’agression militaire contre des minorités ethniques en Birmanie. Une réponse holistique à la crise devait aborder non seulement la militarisation du pays, mais aussi les dérives de sa démocratie.
Au début du mois de novembre, nous avons visité des camps de réfugiés près de Cox’s Bazar, à la frontière entre le Bangladesh et la Birmanie. Accueillis par notre partenaire, le Kaladan Press Network, première agence de nouvelles indépendante rohingya, nous avons écouté des réfugiés nous parler de la terrible violence vécue par leur famille et leurs voisins, et de leur désir de retourner en Birmanie seulement quand y règneront la sécurité et le respect des droits. Nous avons rapporté leurs récits au Canada pour les transmettre à des députés et des sénateurs, à l’envoyé spécial Bob Rae, à des représentants d’Affaires mondiales Canada, à des journalistes ainsi qu’aux partisanes et aux partisans d’Inter Pares.

Alors que le monde s’éveille à l’étendue des atrocités, nous redoublons d’efforts en vue de promouvoir une nouvelle ère où prévaudront la reddition de comptes, la paix et la démocratie inclusive en Birmanie. Nous remercions nos partisanes et nos partisans d’aider Inter Pares et la société civile des minorités ethniques à jouer un rôle dans ce mouvement.

En savoir plus

Faire un commentaire

backdrop