Améliorer les voies vers la justice

Nouvelles : Analyses

Imprimer cette page

 Au Bangladesh, les dirigeant-e-s sans terre participent activement aux affaires de shalish locales, à la fois comme juges et comme observateur-trice-s.Crédit: S M Mahfuzul Islam Rahat

Les systèmes judiciaires peuvent être un puissant outil de justice. Les litiges stratégiques dans les tribunaux nationaux peuvent établir d’importants précédents. S’il n’y a pas de recours possible devant les tribunaux nationaux, les tribunaux internationaux jouent un rôle crucial dans certaines luttes. Ils peuvent être d’importantes voies vers la justice et des homologues d’Inter Pares les ont utilisés avec succès. Mais trop souvent, les systèmes judiciaires sont coûteux, lents et corrompus – comme s’ils servaient à perpétuer les droits des riches et des puissants.

Partout dans le monde, des collectivités optent pour des structures alternatives afin de pallier les failles des systèmes judiciaires officiels. Dans les villages du Bangladesh, par exemple, plusieurs confient leurs différends à un système traditionnel, le shalish. Dans les montagnes du Guatemala, des leaders traditionnels écoutent les parties et résolvent les litiges. Si ces solutions de rechange sont plus abordables et plus efficaces, elles ont aussi des lacunes. À l’instar des systèmes judiciaires officiels, elles sont le reflet de la société et renforcent souvent les structures du pouvoir et du privilège – et servent parfois à contourner l’imputabilité et favoriser l’impunité.

C’est le dilemme qui se pose aux collectivités en quête de justice : vaut-il mieux s’en remettre à un système officiel imparfait ou à un système alternatif imparfait ? Au Guatemala et au Bangladesh, des homologues d’Inter Pares ont ouvert une troisième voie : influencer les systèmes judiciaires alternatifs afin de les améliorer peu à peu.

L’an dernier dans un village bangladais, une jeune fille a été violée par un voisin pendant que son père, Nazim, était au travail. La collectivité l’a su et a voulu convoquer un shalish pour aborder la question. Il est notoire que les juges choisis par la collectivité sont souvent des hommes riches ultraconservateurs dont les décisions désavantagent les femmes – le voisin espérait donc éviter le châtiment.

Pour contrer ce détournement du shalish, les membres de groupes sans terre surveillent les processus et interviennent, avec l’appui de notre homologue Nijera Kori. Pour la fille de Nazim, ils se sont assurés qu’une plainte pour viol soit déposée au criminel. Ces groupes ont acquis une solide réputation en matière d’équité et de connaissance des lois – leurs membres sont de plus en plus nombreux à être nommés juges. D’autres jouent le rôle d’observateurs afin d’assurer que justice soit faite. Ils ont inversé la vapeur et grâce à leurs interventions, les décisions sont presque toujours équitables.

Au Guatemala, des groupes de femmes vivent une situation similaire : les leaders traditionnels masculins chargés de résoudre les différends nient le problème de la violence envers les femmes. Ils disent ignorer – ou font semblant d’ignorer – les lois et les campagnes antiviolence du gouvernement. Un homologue d’Inter Pares, le Réseau des organisations de femmes de l’Ixcán (Red de Organizaciones de Mujeres del Ixcán - ROMI) a réagi : il soutient les groupes de femmes qui exigent que ces leaders reconnaissent le problème de la violence envers les femmes. Petit à petit, les hommes changent d’attitude et acceptent que la violence envers les femmes est bel et bien un crime.

Il y a plusieurs voies vers la justice – système judiciaire officiel ou solutions de rechange communautaires. Au cœur du changement de ces systèmes, il y a des personnes – des personnes qui connaissent leurs droits et qui s’organisent pour les défendre. Quand elles s’organisent pour exiger leurs droits, elles peuvent obtenir justice. C’est un honneur pour Inter Pares de soutenir ce travail essentiel de ses homologues.

Au Guatemala et au Bangladesh, des homologues d’Inter Pares ont ouvert une troisième voie : influencer les systèmes judiciaires alternatifs afin de les améliorer peu à peu.

Galerie

1 imagesCliquer pour agrandir

En savoir plus

Faire un commentaire

backdrop