Bonne Journée internationale des femmes : galerie photos et vidéos

Nouvelles : Mises à jour

Imprimer cette page

Groupe de femmes qui tiennent un enseigne qui souhaite une bonne journée internationale des femmes
Du Bangladesh : des membres de l’un des nombreux groupes de « sans terre » appuyés par Nijra Kori. Elles vous souhaitent une bonne Journée internationale des femmes.Crédit: David Bruer

Nos inspirants homologues d’Afrique, d’Amérique latine et d’Asie sont engagés dans la promotion de l’égalité entre les femmes et les hommes. Pour la Journée internationale des femmes, Inter Pares met de l’avant, en photos et en vidéos, le remarquable travail de ces organisations et dévoile ce qui les motive à continuer d’œuvrer pour les droits des femmes.
 

De Khartoum, Soudan : Asha El-Karib nous explique pourquoi elle est féministe, et pourquoi les droits des femmes doivent être défendus et promus.

Asha El-Karib est conseillère stratégique principale de la Sudanese Organization for Research and Development (SORD). Depuis 2007, SORD œuvre pour le renforcenement des Soudanaises afin qu’elles puissent pleinement profiter de leurs droits et agir en tant que citoyennes à part entière. SORD est très actif dans le domaine de la démocratie au féminin, l’éducation des filles, les femmes et la loi et l’exclusion sociale.

 

D'Amérique centrale et au Mexique : Guillaume Charbonneau d’Inter Pares (à l’arrière) en compagnie des membres de l’équipe de notre homologue Project Counselling Service (PCS). PCS travaille sur les enjeux de migration, et se penche plus particulièrement sur la présence et les rôles multiples joués par les femmes au sein des différents phénomènes migratoires de la région. PCS mène actuellement une campagne intitulée « Les femmes dans la migration : transformant le monde ».

 


Des Philippines : Dre Junice Melgar, directrice de Likhaan, pose sur la colline Parlementaire lors de son passage à Ottawa. Junice est une militante de la santé des Philippines. Elle a fondé Likhaan, une des organisations de santé des femmes les plus influentes au pays.

Likhaan s’est battu pour les droits reproductifs des femmes depuis sa création en 1995. Réalisée grâce à l’appui de Likhaan, la vidéo suivante de la journaliste Sonia Narang met en lumière les décisions difficiles et les défis auxquels font face les femmes défavorisées des Philippines.

 

Ce court clip audio raconte l’histoire de la prorogation de la Loi sur la santé génésique aux Philippines.

 

De Birmanie : Rebecca d’Inter Pares (à gauche) et Doris de Loikaw Safe House, un centre pour femmes survivantes de violence.

Depuis la moitié des années 1990, Inter Pares appuie des organisations de femmes en Birmanie. En mars 2015, Inter Pares a invité au Canada trois femmes leaders de Birmanie, dont Doris, pour rencontrer nos partenaires, alliés et membres de l’équipe. Lors de leur passage, elles en apprendront davantage sur la mobilisation des femmes en tant d’élection au Soudan et au Canada, et l’histoire du processus de paix en Amérique latine.

 

Du Bangladesh : Khushi Kabir (à droite) en compagnie de Patricia Charest Mugwaneza d’Inter Pares lors de son passage au Canada. Khushi est la directrice de Nijera Kori, une organisation qui appuie les groupes de femmes « sans terre » (tels que le groupe de femmes illustré dans la photo qui ci-dessous) afin qu’elle's puissent se mobiliser, connaître leurs droits et prendre action pour le changement social. 

 

DSC09253.JPG

Group of women holding a sign wishing a happy International Women's Day members of one of the landless groups of Nijera Kori. David Bruer

Du Bangladesh : des membres de l’un des nombreux groupes de « sans terre » appuyés par Nijra Kori. Sur l'écriteau est inscrit : bonne Journée internationale des femmes.
 

Du Soudan : Maha ElDirdiri Babeker (à gauche) en compagnie de Kathryn Dingle d’Inter Pares lors de son passage au Canada. Maha a travaillé pour Salmmah, une organisation engagée en faveur de l’empowerement des femmes afin qu’elles puissent surpasser les obstacles structurels, politiques et légaux qui entravent le plein droit des femmes au Soudan.

Lire toute l’histoire entourant la fermeture soudaine de Salmmah dans notre dernier bulletin.
 

De Guinée-Bissau : Nelson (à gauche) et Ilsa de Tiniguena vous souhaitent une bonne Journée internationale des femmes en créole. Tiniguena lutte pour la préservation des modes de vie et des droits des communautés locales, et encourage la participation et l’inclusion des femmes dans les actions menées en faveur de la paix et de la démocratie.

 

Au Manipur, Inde : Seno Tsuhah de l’organisation North East Network (NEN) nous partage dans cette vidéo (en anglais seulement) son point de vue sur la façon dont les femmes sont traitées de façon inéquitable, et comment les femmes de sa région font face à l’exclusion politique, sociale et économique.

NEN est une petite organisation basée à Nagaland, en Inde. L’organisation travaille à la promotion de l’égalité entre les hommes et les femmes, à la justice sociale et à l’agriculture durable. En 2014, Seno a pris part à un échange  entre paysannes et paysans de l’État Shan de Birmanie et de la région de Sagaing en Inde organisé par Inter Pares.

 

De Khartoum au Soudan : Fahima Hashim, directrice générale de Salmmah partage comment le féminisme transcende les barrières géographiques. Visionnez son témoignage (en anglais).

 


De Colombie : Pilar Trujillo est directrice générale de Consejeria en Proyectos (PCS). Pendant son passage à Ottawa en octobre dernier, elle souligne l’importance du rôle des femmes dans les enjeux liés à la migration. Elle explique comment PCS appuie des organisations à la base qui font la promotion des droits des femmes.

Du Canada : Kelly Bowden (à gauche) et Melanie Gallant (à droite) d’Oxfam Canada avec Kathryn Dingle d’Inter Pares qui clament haut et fort leur féminisme au Forum social des peuples à Ottawa.

backdrop