La quête pour la justice continue au Honduras

Nouvelles : Mises à jour

Imprimer cette page

Honduran activists appear by videoconference at parliamentary Subcommittee on International Human Right
 

Le 2 Juin, deux membres d'Inter Pares, Guillaume Charbonneau et Bill Fairbairn, ont assisté au sous-comité parlementaire des droits internationaux de la personne, lors de sa session spéciale sur la situation des droits de l'homme au Honduras. Bertha Zúñiga Cáceres, la fille de la militante autochtone tuée Berta Cáceres, a comparu devant le comité par vidéoconférence, aux côtés de Gustavo Castro Soto, le militant mexicain qui a assisté à l'assassinat de Berta et qui a survécu à une tentative d'assassinat.

Bertha a parlé de la répression constante contre les Honduriens qui expriment leurs préoccupations pour les droits humains et les impacts environnementaux, en particulier ceux en lien avec l'industrie minière. Cette répression s'est intensifiée depuis le coup d'état militaire de 2009, que le Canada a appuyé. Le Honduras a le plus grand nombre au monde de défenseurs des droits de l'homme et de l'environnement assassinés pour leur militantisme - au moins 109 entre 2010 et 2015. Bertha a fait valoir que l'accord de libre-échange entre le Canada et le Honduras est illégitime, parce qu'il a été signé par le gouvernement post-coup d'état qui n'a pas été élu démocratiquement, et que la nouvelle loi minière nationale, que le Canada a aidé à réécrire, rend légitime l'activité minière qui est à l'origine même du non respect des droits de l'homme. Gustavo a décrit tous les abus de procédure au sujet de son enquête et a souligné ses préoccupations concernant le système judiciaire imparfait et l'impunité systémique au Honduras.

Suite à la réunion, Guillaume et Bill se sont entretenus avec James Cavallaro, Président de la Commission interaméricaine des droits de l'homme (CIDH), également présent lors de ces témoignages. Ils ont partagé avec lui nos préoccupations concernant la crise du financement dans son établissement, qui offre un espace crucial pour la poursuite de la justice en Amérique latine, et que nous exhortons le gouvernement du Canada à fournir un soutien financier, le Canada ne s'étant pas encore engagé pour un montant pour 2016.

La semaine suivante, la conversation s'est poursuivie lors d'une rencontre entre les membres du Groupe d'orientation politique pour les Amériques (GOPA) et l'ambassadeur du Canada au Honduras, Michael Gort. Là, Guillaume a soulevé des questions basées sur les témoignages parlementaires de Bertha et Gustavo, ainsi que des observations similaires gênantes tirées de son évaluation sur la situation au Honduras et le travail d'Inter Pares avec Project Counselling Service. Cette réunion a permis aux membres du GOPA d'entendre de l'ambassadeur quelle était la réponse du Canada face à l'assassinat de Berta, d'exiger qu'il prenne des mesures spécifiques pour promouvoir la justice et la responsabilité pour ce crime et d'autres semblables, et de souligner nos préoccupations constantes au sujet de l'exploration des ressources du Canada au Honduras ainsi que l'opposition généralisée de communautés face à ces projets.

Les Canadiens continuent d'être scandalisés par l'assassinat de Berta, et craignent que justice ne soit pas rendue. Les personnes intéressées vivant à Ottawa et à Montréal peuvent participer à un rassemblement le 15 Juin. À ce moment-là, les gens du monde entier se réuniront pour réclamer justice pour Berta et pour son collègue Nelson García; une justice et une sécurité pour l'organisation de Berta, COPINH, qui continue à défendre le territoire autchtone de projets hydroélectriques et miniers à grande échelle; et une justice pour le peuple hondurien qui vit dans un climat de violence, de corruption et d'impunité depuis le coup d'état soutenu par les militaires de 2009. La journée mondiale de mobilisation sera en ligne à #AccionGlobal15Junio et #JusticiaParaBerta.

Faire un commentaire

backdrop