L'Autre, c'est moi: Discrimination et exclusion sociale au Canada

Nouvelles : Mises à jour

Imprimer cette page

 

À l'occasion de notre série de conférences annuelles, Inter Pares présente une soirée de réflexion et de discussions autour des thèmes de la discrimination et de l'exclusion sociale au Canada. 

« L'Autre, c'est moi » débutera par une présentation du Prix Peter Gillespie pour la justice sociale à une organisation canadienne dont les réalisations ont un impact positif et innovant en matière de lutte contre la discrimination et l'exclusion sociale.

Nos trois conférenciers invités, Gabriel Allahdua, Monia Mazigh et Priscilla Settee, partageront ensuite leur propre expérience et réflexions sur les droits des travailleurs migrants, l'islamophobie et les libertés civiles ainsi que les droits des Autochtones au Canada.

Gabriel Allahdua est un travailleur agricole originaire de Sainte-Lucie. Il milite au sein de l'organisation Justice for Migrant Workers (J4MW). Gabriel est arrivé au Canada en 2010 après qu'un ouragan ait dévasté son pays, détruisant sur son chemin les moyens de subsistance des agriculteurs vivant en milieu rural. Dans le cadre de son implication avec J4MW, Gabriel a permis d'attirer l'attention nationale sur les conditions de vie des travailleurs migrants au Canada. 

 

 

Dr. Monia Mazigh est née en Tunisie et a immigré au Canada en 1991. Elle a travaillé à l’université d’Ottawa et a également enseigné à l’Université Thompson Rivers à Kamloops en Colombie-Britannique. En 2004, elle s’est présentée à l’élection fédérale canadienne comme candidate pour la partie NPD et a obtenu le plus grand nombre de votes pour sa circonscription dans l’histoire du NPD. Dr. Mazigh est devenue célèbre aux yeux du public en 2002 quand son mari Maher Arar, a été déporté en Syrie où il était détenu sans aucune accusation et torturé pour plus d’un an. En 2015, Dr. Mazigh a publié son deuxième roman chez les éditions David, “Du pain et du jasmin”. Ce roman a été finaliste au prix Champlain des éditeurs franco-ontariens. Dr. Mazigh vit à Ottawa avec son mari et ses deux enfants.

 

Priscilla Settee est Crie Swampy, membre de la Première Nation Cumberland House et professeure au programme d'études autochtones et d'études féminines et de genre à l'Université de la Saskatchewan. Reconnue à l'échelle nationale et internationale à titre de professeure, militante et éducatrice, elle est l'auteure de deux livres, PIMATISIWIN: The Good Life, Global Indigenous Knowledge Systems (2013) qui s'intéresse aux systèmes de savoirs Autochtones et The Strength of Women: Ahkameyimohk (2011) qui examine le rôle des histoires de femmes autochtones dans la vérité, la réconciliation et le changement social. Dr. Settee travaille sur son troisième livre qui porte sur la souveraineté alimentaire autochtone (2019). Elle est la kohkum (grand-mère) de Nya Lily et Lola Rose.

 

Enfin, une performance de théâtre reflet viendra clôturer la soirée qui permettra au public de participer aux échanges de manière artistique. La troupe sera composée de membres du Living Histories Ensemble et du Phoenix Playback Theatre.

RSVP maintenant. L'espace est limité.

Faire un commentaire

backdrop