À nous la fête des Mères!

Nouvelles : Mises à jour

Imprimer cette page

 

Saviez-vous que la fête des Mères vient du rêve d’une mère et militante dévouée, Anna Jarvis, pour célébrer la résistance et la paix?

En 1914, Jarvis a créé la Journée d’amitié des mères pour réconcilier les collectivités déchirées par la guerre civile aux É.-U. Puis c’est devenu une journée pour la paix, où on implorait les femmes de ne pas envoyer leurs fils à la guerre. Quand la fête a pris un tournant commercial, Jarvis s’est insurgée, appelant au retour à ses origines militantes.

Inter Pares vous invite à célébrer les racines féministes de la fête des Mères. Jusqu’au 10 mai, suivez-nous pour rendre hommage à des mères dont le militantisme nous inspire. Restez à l’affût pour découvrir leur travail au Salvador, en Inde et au Soudan.

Women gather together outside holding signs that read 'Welcome mothers' and signs with photos of missing children

À nous la fête des Mères : Chercher ensemble

Joignez-vous à nous pour rendre hommage à des mères comme María Elena Larios de Gonzalez, membre du conseil d’un homologue de longue date d’Inter Pares, le Comité des familles des personnes migrantes mortes et disparues du Salvador (COFAMIDE).

Quand María Elena a dit au revoir à son fils de 18 ans, Heriberto, le 6 mars 2010, elle ignorait qu’il allait disparaître sur la route censée le mener vers un avenir meilleur aux États-Unis. Trois ans plus tard, toujours sans nouvelles, María Elena découvrait COFAMIDE, une organisation de la base formée par des familles qui ont uni leurs forces pour s’épauler et chercher leurs proches disparus sur la route du Nord.

Avec l’aide de COFAMIDE, María Elena a rapporté la disparition de son fils et reçu le soutien des membres. « Avant, je ne faisais que pleurer et pleurer. Sans agir. », nous dit-elle. Se joindre à une collectivité qui vit une situation similaire l’a rendue plus forte. « Mes larmes se sont transformées en force, en courage et en combativité. » Aujourd’hui, elle épaule d’autres familles tout en poursuivant ses recherches...

Lire la suite

Women crouch outside over a grid drawn with chalk as they place seeds within the squares. The women are wearing colourful saris.

À nous la fête des Mères : Cultiver l’avenir

Joignez-vous à nous pour rendre hommage à des mères comme les belles-mères et les brus des sanghams soutenus par la Deccan Development Society (DDS), homologue d’Inter Pares.

Depuis plus de quarante ans, les sanghams – des groupes de femmes – offrent un lieu où partager ses préoccupations et se mobiliser pour le changement. Chaque semaine, les femmes se réunissent dans leur village pour aborder divers enjeux de la collectivité – violence contre les femmes, soins des enfants ou insécurité économique. Une préoccupation majeure est de préserver le savoir ancestral sur les semences locales et l’agriculture sans produits chimiques.  

Le vieillissement des femmes des sanghams pose un dilemme familier : qui poursuivra leur œuvre quand elles ne seront plus là?...

Lire la suite

Misson and Jood sit side by side looking at the camera. Misson is wearing a grey t-shirt and black hair wrap. Jood is wearing a colourful wrap.

À nous la fête des Mères : Élever une activiste

Joignez-vous à nous pour rendre hommage à des mères comme Misson, qui a rejoint sa fille aux premières lignes d’un soulèvement historique au Soudan.

Au début du soulèvement à la fin 2018, Misson avait peu d’espoir que les protestataires puissent mettre fin au brutal régime autocratique qu’elle subissait depuis plus de trente ans. Mais quand sa fille aînée, Jood, s’est engagée dans la révolution, Misson a vu les choses autrement.

Jood participait aux manifestations pacifiques, l’âme de la révolution. Des gens de tous les horizons se réunissaient pour occuper l’espace public – il leur arrivait de monter des tentes et de transformer la rue en école improvisée. Plusieurs jeunes sans-abri se sont joints aux sit-ins et Jood a commencé à leur donner gratuitement des cours et à les nourrir.

Misson a eu peur pour sa fille devant la répression de plus en plus violente des occupations. Prenant son courage à deux mains, elle a voulu accompagner Jood pour la protéger. Alors Jood lui a proposé de distribuer des vivres et de l’eau aux manifestants : « C’est comme tu veux. Tu peux t’asseoir ici et attendre que j’aie fini dans trois heures. Ou tu peux m’aider. » Voyant la passion de sa fille et sa foi dans la victoire de la révolution, Misson a commencé à se dire qu’il était peut-être possible de changer les choses...

Lire la suite

À Inter Pares, nous croyons que les mères méritent un cadeau qui honore leur contribution à leur famille, leur collectivité et à toute la société. En hommage à quelqu’un qui a changé les choses pour vous, faites un don pour appuyer des femmes qui œuvrent au changement, partout dans le monde.

En savoir plus

Faire un commentaire

backdrop