À nous la fête des Mères : Chercher ensemble

Nouvelles : Mises à jour

Imprimer cette page

Women gather together outside holding signs that read 'Welcome mothers' and signs with photos of missing children
 

Saviez-vous que la fête des Mères vient du rêve d’une mère et militante dévouée, Anna Jarvis, qui a créé la Journée de l’amitié des mères en 1914 pour célébrer la résistance et la paix? Inter Pares vous invite à redonner son sens premier à cette journée en célébrant la contribution des femmes au changement et à la société.

Joignez-vous à nous pour rendre hommage à des mères comme María Elena Larios de Gonzalez, membre du Comité des familles des personnes migrantes mortes et disparues du Salvador (COFAMIDE), homologue de longue date d’Inter Pares.

Quand María Elena a dit au revoir à son fils de 18 ans, Heriberto, le 6 mars 2010, elle ignorait qu’il allait disparaître sur la route censée le mener vers un avenir meilleur aux États-Unis. Trois ans plus tard, toujours sans nouvelles, María Elena découvrait COFAMIDE, une organisation de la base formée par des familles qui ont uni leurs forces pour s’épauler et chercher leurs proches disparus sur la route du Nord.

Avec l’aide de COFAMIDE, María Elena a rapporté la disparition de son fils et reçu le soutien des membres. « Avant, je ne faisais que pleurer et pleurer. Sans agir. », nous dit-elle. Se joindre à un groupe de personnes vivant une situation similaire l’a rendue plus forte. « Mes larmes se sont transformées en force, en courage et en combativité. » Aujourd’hui, elle épaule d’autres familles tout en poursuivant ses recherches.

COFAMIDE participe à une caravane annuelle de mères qui parcourent l’Amérique centrale et le Mexique pour retracer des migrants disparus et s’assurer qu’ils ne soient pas oubliés. C’est dans une de ces caravanes que María Elena a trouvé les premières traces d’Heriberto, dans le Chiapas, au Mexique. En faisant du porte-à-porte sur une route de migration bien connue, un couple a reconnu le beau jeune homme aux cheveux ondulés sur la photo qu’elle a tendue. Il faisait de la fièvre et ils l’ont aidé. Puis elle a trouvé d’autres indices dans la région – elle espère qu’il vit encore et travaille dans le coin.

Heriberto Antonio Gonzalez Larios n’a pas quitté le Salvador pour une raison en particulier. Taquin, blagueur et affectueux, il s’apprêtait à fonder une famille et voulait trouver du travail. Mais il est certain que la violence et le manque de possibilités ont poussé Heriberto à partir, à l’instar des quelque 20 % de la population du pays. 

Comme tant d’autres, María Elena est déterminée à retrouver son fils et à épauler d’autres familles, pour leur montrer qu’elles ne sont pas toutes seules.

Cette année à la fête des Mères, rendez hommage à une femme qui a eu un impact dans votre vie. Faites un don pour appuyer María Elena et des mères qui travaillent à améliorer les choses pour leur famille, pour leur collectivité et pour la société – partout dans le monde.

En savoir plus

Faire un commentaire

backdrop