Tin Soe, Kaladan Press Network

Voix :

Imprimer cette page

Tin Soe
 

À titre de Rohingya musulman en Birmanie, Tin Soe a été toute sa vie marginalisé en raison de sa race. Quand il avait sept ans, un coup d’État a plongé son pays dans un demi-siècle de dictature militaire. Régnant d’une main de fer, le régime a aussi imposé une culture, une langue et une religion dominantes dans un pays où se côtoient divers peuples. Membre d’un groupe minoritaire, Tin Soe a souffert de discrimination et des milliers de membres de son peuple ont été violemment déportés.

En 1982, la dictature a ensuite adopté une loi sur la citoyenneté qui excluait les Rohingyas de sa liste des races nationales reconnues. Du jour au lendemain, un million de personnes ont perdu leur citoyenneté et subi de terribles mesures de répression. Depuis, une série d’attaques – commises parfois par l’armée birmane, parfois par des groupes d'extrémistes avec l’appui du gouvernement – en ont tué plusieurs et forcé des centaines de milliers à quitter leur foyer et leur terre. Au moins un million de personnes ont dû fuir le pays, plus de 140 000 sont internés dans des camps sordides en sol birman, tandis que les autres vivent dans la peur. Le gouvernement désire leur déportation, jusqu’au dernier.                

Sans se laisser abattre, Tin Soe a passé sa vie adulte à défendre l’égalité raciale avec courage.

Depuis vingt ans, Tin Soe travaille avec des organisations rohingyas pour documenter les violations des droits de la personne, aider les gens à obtenir des services et tisser des réseaux de solidarité internationale. C’est un travail parfois dangereux et il s’est retrouvé trois fois en prison.

En 2004, il s’est joint au Kaladan Press Network, la première agence de presse par et pour le peuple rohingya birman. En raison de leur travail dans une région strictement contrôlée par le régime, Tin Soe et Kaladan Press sont dans une situation unique pour montrer au reste de la Birmanie et au monde extérieur la répression subie par les Rohingyas.

Alors que le monde est toujours à l’écoute à la suite des élections birmanes récentes qui ont fait la une, Kaladan Press jouit d’une occasion unique de diriger les projecteurs vers la situation réelle des gens. Les Rohingyas n’ont aucun moyen de se faire entendre, en politique ou dans les grands médias : ils ont perdu le droit de vote, le NLD d’Aung San Suu Kyi qui vient de remporter la victoire a interdit aux musulmans de se présenter comme candidats et les grands médias birmans traitent les Rohingyas comme des étrangers indésirables. En produisant des nouvelles authentiques et fiables, Kaladan Press est une ressource précieuse pour celles et ceux qui continuent de réclamer des changements structurels, dont la fin de la persécution des Rohingyas.

En savoir plus

Faire un commentaire

backdrop