Répondre à la faim par la solidarité

Nouvelles : Analyses

Imprimer cette page

 Crédit: Deccan Development Society

Comme indiqué dans notre rapport annuel 2020 "Soutenir la justice sociale"

Deux mois après le premier cas de COVID-19 en Inde, le gouvernement central a imposé un confinement strict. Sans avertissement, des dizaines de millions de personnes ont perdu leur emploi dans les villes et des millions d’entre elles sont retournées dans leurs villages. Ces gens n’avaient pas d’économies, ne recevaient pas d’aide du gouvernement, et se rassemblaient souvent pour former des camps informels, faute d’arriver à se rendre à leurs villages. L’aide gouvernementale a tardé à venir et était désorganisée. Bientôt, les gens se sont mis à avoir faim.

La Deccan Development Society (DDS), homologue de longue date d’Inter Pares, soutient les femmes organisées en collectifs villageois ruraux appelés sanghams, dans leur mission de bâtir des systèmes alimentaires communautaires sophistiqués. Dans le passé, ces systèmes ont aidé les communautés à affronter les crises alimentaires engendrées par les sécheresses. Cette année, ils ont pu assurer une alimentation adéquate à la communauté pendant la pandémie de COVID-19.

Constatant la souffrance causée par les périodes de confinement, les femmes des sanghams ont collecté 20 000 kg de céréales et de légumineuses de leurs fermes, et ont demandé à DDS de les distribuer aux travailleuses et travailleurs des campements de fortune. Mayuri Masanagari, membre de l’équipe de DDS, a aidé à coordonner les efforts. Avec le soutien des femmes des sanghams, Mayuri s’est promenée de maison en maison pour identifier les besions des familles dalits au bord de la famine. Elles ont créé une cuisine communautaire pour y distribuer des repas nutritifs deux fois par jour. DDS a aussi soutenu le secteur médical local en offrant quotidiennement du gruau chaud au personnel des cliniques.

Depuis plus de vingt ans, les sanghams prennent soin de la terre, cultivent la diversité agricole, et bâtissent de solides infrastructures sociales pour améliorer le bien-être des communautés et prévenir la faim. Ce sont leurs systèmes alimentaires autonomes qui leur ont permis de surmonter des crises dans le passé, et qui leur permettent aujourd’hui d’intervenir en solidarité auprès des gens dans le besoin. C’est avec honneur qu’Inter Pares se solidarise avec DDS et les femmes des sanghams.

Dans les camps, nous avons sondé les gens pour identifier les besoins les plus pressants. Ensuite, nous sommes revenues dans les sanghams pour nous réunir et préparer la nourriture ensemble. - Mayuri Masanagari, DDS

En savoir plus

Faire un commentaire

backdrop